Archives pour la catégorie « Life is for learning 2018″

PORTL games

portlpicture

 … et, donc, après les deux présentations de la Dr. Susan Friedman (voir Life is for Learning 1 et 2) et un buffet qui avait le mérite d’être végétarien et même vegan (et 24 cafés pour ne pas piquer du nez pour moi), on est revenus terminer la première journée par un atelier PORTL, évidemment animé par Mary Hunter  :-D

Pour ceux qui n’ont jamais suivi mes cours où on y joue régulièrement, une petite introduction au « Portable Operant Research Training (or Teaching) Laboratory » (laboratoire portable de recherche sur le comportement opérant). 

Le « PORTL » nous arrive de son prédécesseur Genabacab (qui était, à l’époque, un affixe d’élevage) et il a été imaginé par la très talentueuse Kay Laurence.

Le jeu se déroule autour d’une table, sur une zone de travail déterminée (feuille A4 par exemple) et par le biais d’une multitude de petits objets : ma propre collection commence à être plutôt conséquente (un tout petit aperçu en dessous)  :-D

portlphoto

Il est évidemment une version (très) améliorée de ces abominables jeux de « chaud-froid » que les moins jeunes d’entre nous avons vécu dans nos toutes premières formations clicker training  8-)

A l’époque, le déroulement de la séance était de faire quitter la pièce à un apprenant, pendant que le groupe décidait d’un comportement à lui faire exécuter. Ensuite, on le faisait rentrer pour qu’il ou elle atteigne le comportement par le clicker training : « click = chaud / pas de click = froid ».

Les salles où se tenaient ces séances étaient généralement immenses, blindées de monde et d’objets… la chance d’arriver rapidement au comportement décidé par le groupe, était pratiquement inexistante (ou il fallait compter sur la chance, ce que nous faisons pas mal avec nos animaux  d’ailleurs : ce que j’appelle, avec mes élèves « l’éducation de l’espoir » – genre « allons-y et on verra bien »)  ;-) 

Quand les alternatives sont trop nombreuses, voir infinies, elles multiplient de manière exponentielle l’opportunité de nous tromper… exactement ce qui arrive quand, dans une séance de shaping, on met l’animal dans un environnement trop riche, trop distrayant, sans lui apprendre à se « stationner » à un endroit spécifique (les pre-requis au shaping à mon sens).

Ces séances ont donné naissance à l’épouvantable adage  « le clicker training c’est le jeu du chaud-froid » qui nous a ensuite poursuivis très longtemps (on l’entend d’ailleurs encore)

(évidemment, elle me fait personnellement saigner les yeux)  :lol:

chaudfroid

Le clicker training, au contraire, c’est le jeu du chaud-chaud car tout sera mis en place pour arriver au succès vite et bien, en gérant l’environnement et l’apprentissage de manière à diminuer de manière draconienne les possibilités d’erreur et en maintenant son apprenant dans une dynamique de renforcement continuel.

Si tout le processus était souvent émaillé de rires (surtout de l’assistance d’ailleurs), c’était parfois aux dépends de l’apprenant qui pouvait aller de 25 comportements à la minute au «shut down» total, en passant par des petits rires gênés et d’autres comportements de stress divers et variés… j’ai même vu quelques personnes aller jusqu’aux larmes (ceux là étaient qualifiés de « trop sensibles »). 

On se souciait assez peu de l’émotion dans l’apprentissage à cette époque, même quand elle nous crevait les yeux  ;-)

emotions

Je me rappelle avoir souvent entendu « pour elle, il faut trouver quelque chose de difficile »comme si enseigner n’était pas transmettre avec efficacité tout en renforçant la confiance en soi de l’apprenant mais, au contraire, mettre la personne en échec.

Il faut dire que notre propre expérience avec l’enseignement nous a, parfois, fait profondément intégrer un certain concept de souffrance et, surtout, de sélection « les meilleurs y arrivent, les autres pas » (tant mieux pour les uns et tant pis pour les autres).

better

Suggérer que tout le monde peut y arriver, à sa manière et à son rythme, est assez révolutionnaire comme concept dans une société où tout est axé sur la sélection (les chefs et les subalternes… les maîtres, les esclaves, toussa toussa).

Ensuite, on s’étonne avec candeur de cet attachement profond pour le concept de la «dominance » dans nos relations avec le chien – et avec tous les animaux domestiques – alors qu’il correspond à notre perception culturelle depuis la maternelle)  ;-)

Life

Kay Laurence a transformé tout ça en un jeu à la table, entre un coach et un apprenant (avec, parfois, un co-coach qui prend des notes).

portlGermany

Le but de l’apprenant – et donc la seule instruction qu’on lui donne avant de cesser de parler – est qu’il est là pour récolter autant de renforçateurs que possible. 

Le but du coach est d’y arriver avec la plus grande aisance possible, dans le concept d’un apprentissage où les erreurs sont réduites au minimum, afin d’obtenir un comportement final dont on ne voit pas les « coutures » et un apprenant confiant et sûr de lui pendant toute la durée du jeu  :-D

Si le rythme de renforcement baisse… on voit apparaître des comportements de substitution (bonjour la résurgence)  ;-)

Evidemment, l’idée est toujours celle de « faires ses armes » (et donc ses erreurs d’enseignement) sur un humain volontaire et informé plutôt que sur un animal chez qui on va créer une confusion certaine (et, parfois, un désengagement évident). 

Kay Laurence me disait une fois que personne ne devrait jamais cliquer un animal sans avoir joué, de manière très extensive, à cliquer d’autres humains à une table, dans un milieu limité et contrôlé par le coach :-D  (je le pense aussi d’ailleurs mais compliqué à transmettre parfois). 

En réalité, quand on clique depuis quelques années, on repense parfois avec gêne à nos débuts (et on a parfois envie de demander pardon à quelques animaux et, si ce n’est pas votre cas, c’est que vous  ne cliquez pas depuis assez longtemps)  ;-)

Le jeu a été ensuite repris par le Dr. Jésus Rosalez-Ruiz qui l’utilise à la UTN (University of North Texas) où on enseigne la Science du Comportement et successivement structuré par Mary Hunter, d’abord son élève et désormais également prof dans la même université (notre intervenante dans cet atelier).

Les étudiants en science du comportement y jouent de manière extensive afin d’expérimenter toutes les subtilités du comportement.

science-dude-2

A une époque où les expériences sur les animaux deviennent de moins en moins acceptables, c’est un excellent laboratoire de recherche sur le comportement.  

Bref, une Skinner box pour humains volontaires  ;-)

On voit apparaître dans nos jeux la généralisation (voulue ou non), la répétition qui fait la mémorisation, on se bute à l’extinction frustrante et à la résurgence parfois inattendue.

On prend surtout conscience que, sans un plan de « shaping » bien ficelé et maintes fois revu sans pitié, on ne va nulle part dès lors que le comportement est à peine complexe.  

Je suis certaine que certains d’entre vous se disent « bah, moi j’y arrive quand même » : souvent, c’est, précisément ce « quand même »  qui implique des émotions qu’on ne souhaite pas vraiment associer à nos apprentissages… et pourtant  ;-)

En cas de piètre enseignement, on se confronte rapidement  à la perplexité, l’hésitation, la frustration de notre apprenant.

A ce stade, nous avons la possibilité « d’étiqueter » l’autre (il est stupide, il ne comprend rien) ou de repenser notre manière de transmettre (je peux mieux faire et, surtout, faire autrement). 

On parle beaucoup  de « signaux d’apaisement » chez le chien (on a même développé une véritable adoration pour ce concept)il est parfois absolument stupéfiant de voir à quel point nous ignorons allègrement ceux de notre propre espèce (quand votre apprenant commence à écarquiller les yeux, se gratter la tête, grimace, hésite, se trompe de manière répétée… autant de signaux d’alerte qui devraient nous amener à stopper la séance, revoir notre apprentissage et notre plan de shaping de toute urgence).  

stress

En général, confrontés à ce scénario, nous développons plutôt une irritation sourde mais bien réelle vis-à-vis de l’autre qui ne « fait pas » ce que nous trouvons absolument évident qu’il fasse (quel est donc SON problème ? difficile d’admettre que « son » problème c’est nous, justement).

stupid

« Le rat a toujours raison » disait Skinner… 

On lit souvent les doléances d’éducateurs au sujet des humains dans leurs cours… et, effectivement, certains comportements nous irritent mais, un humain qui est pendu à son téléphone, qui ne suit pas les consignes cherche-t-il à nous éviter (et, surtout, pourquoi ?), c’est un comportement de substitution, pourquoi ? Complexe, riche et fascinant.

On constate qu’un simple « click du désespoir » (ce click qu’on donne à notre animal après une série de comportements inappropriés  question de le ramener sur un semblant de « droit chemin »)on peut renforcer toute une chaîne de comportements dont on ne voulait absolument pas et dont aura, ensuite, toute la difficulté du monde à se défaire.

chaos

On s’aperçoit qu’on peut fixer solidement un comportement « superstitieux » – celui que l’apprenant aura identifié comme celui qui lui vaut le marqueur et le renforçateur alors qu’il s’est vérifié par hasard… en un mot comme en cent : on apprend à transmettre un comportement de manière propre, précise et adaptée à notre apprenant du moment.

J’ai été l’apprenante d’une personne (qui ne risque pas de me lire, pas de panique) qui, pendant mon apprentissage, m’a littéralement arraché les objets des mains quand je « faisais faux », m’a fusillée du regard à plusieurs reprises et a stoppé physiquement certains de mes comportements qui ne lui convenaient pas  :lol:

En fin de séance, on demande rituellement à son apprenant comment il a vécu l’apprentissage et je lui ai répondu, suavement (même si en vrai j’étais plutôt amusée), que j’avais vécu une expérience très désagréable et que je n’avais plus vraiment envie de jouer encore avec elle (ce qui m’a valu un ultérieur regard noir).

La preuve, s’il en fallait encore une, qu’il ne suffit pas d’être armé d’un clicker et de renforçateurs pour créer une atmosphère propice à l’apprentissage  ;-)

amused

Pas facile d’accepter de ne pas faire porter à l’autre la responsabilité de notre parfois piètre enseignement (toutefois, j’avoue humblement y arriver mieux avec les animaux – et les enfants – qu’avec les humains adultes) ;-)

 … et, mine de rien, sommes-nous absolument sûrs que nos animaux ne nous en diraient pas autant lors de certaines séances de shaping que nous laissons aller complètement de travers ?  

En gros, le PORTL – même si vous n’avez pas le bonheur (tout comme moi d’ailleurs, quel dommage) d’étudier la science du comportement à NTU, nous apprend que, si nous voulons un comportement propre, nous devons travailler de manière propre, si nous voulons emmener notre apprenant vers la réussite, nous devons gérer l’environnement et rendre le succès plus probable que l’erreur. 

Vous voulez jouer ? 

Munissez-vous d’objets (n’importe lesquels), de « renforçateurs » (nul besoin qu’ils soient comestibles, l’humain bosse volontiers pour un sentiment de compétence et ce dès le plus jeune âge), déterminez un comportement dans votre tête, expliquez uniquement à votre apprenant que son but est de récolter un maximum de renforçateurs. 

… des idées de comportements ? Votre imagination est votre seule limite  :-D

Soyez créatifs mais débutez par des choses simples  (qui sont, au final, moins simples que vous ne le pensez)

  • Prendre un objet en main
  • Prendre un objet en main et le poser à un endroit spécifique
  • Mettre un objet dans un autre objet
  • Toucher un objet d’un seul doigt
  • Faire pivoter un objet
  • Secouer un objet
  • Faire tomber un objet de haut
  • Faire pivoter un objet
  • Secouer un objet
  • Mettre un objet improbable sur un autre objet (puis 3 objets)

On ne parle pas, on n’écrit pas, on ne gesticule pas…  on utilise son clicker et ses renforçateurs.

En Autriche, j’ai pioché le petit papier suivant quand j’ai du être coach :

« si la voiture est sur son toit, la soulever  / si elle couchée sur le côté droit, il faut la faire tourner sur elle-même » 

Ensuite, vous préparez votre plan de shaping  :-D

Première phase

  • Soulever un objet – mémorisation du geste
  • Soulever un 2èmeobjet – généralisation de l’apprentissage
  • Soulever un 3èmeobjet  -  conceptualisation
  • Soulever le même objet renversé

 ==> Introduire la voiture renversée (revenir en arrière si erreur)

(je n’ai pas débuté avec la voiture car, en raison de notre historique d’apprentissage humain, j’ai estimé qu’un apprenant humain l’aurait remise sur ses roues)

Deuxième phase 

  • Proposer la toupie à mon apprenant (probable phénomène de généralisation sur le premier comportement, ce qui n’a pas manqué d’arriver – on change l’objet pour redonner rapidement une chance de succès)
  • 2èmetoupie, 3ème toupie
  • Introduire un autre objet facile à faire tourner (étape sautée finalement)

==> Introduire la voiture  sur le flanc (si erreur, retour en arrière)

Vous verrez dans la vidéo que mon apprenant à montré quelques hésitations au moment préciser où se fait l’apprentissage… c’est, précisément, ce que nous cherchons au clicker: ce moment de réflexion, de compréhension qui n’est PAS le blocage, l’incompréhension, la frustration et l’erreur ;-) (ce que les anglophones appellent le «ah ah moment »)  8-)

Alterner les comportements de « soulever la voiture » et « faire pivoter la voiture ».

En Autriche, je n’avais pas de toupie donc le comportement du « spinning » a du être construit par l’utilisation de cibles (mini « post its » qui traînaient dans ma trousse) et il a comporté plusieurs étapes intermédiaires (touche la cible, suis la cible, effectue un tour complet).

Je n’avais pas de voiture non plus, j’ai donc utilisé un petit pot à glace qui roulait sur la table quand je le positionnais sur le côté, ce qui a considérablement compliqué l’apprentissage, qui a souffert d’une préparation un peu bâclée  ;-)

Au final, mon apprenante est arrivée aux deux comportements mais, quand je lui ai demandé ce qu’elle avait appris, elle n’en avait juste aucune idée (alors qu’elle le faisait parfaitement devant moi)  ;-)

Cela nous rend humbles : ce n’est pas parce que l’apprenant fait qu’il a forcément conceptualisé  :lol:

A la maison, avec des objets adaptés, mon apprenant à su me dire « voiture renversée, je soulève, voiture sur le côté, je tourne »  ;-)

Parce que je suis nulle en traitement de vidéo, j’ai tout balancé en une séance presque continue  -  PAS bonne idée  ;-)

En temps normal, je ferais une pause tous les dix clicks et je reverrais mon shaping plan… mais, mon apprenant suivait parfaitement et avait l’air tout de très bien gérer la succession des apprentissages (ce qui aurait été différent avec un autre apprenant)  :-D

J’ai très envie de mettre sur pied une journée PORTL pour éducateurs canins…  (et, par éducateurs, j’entends des personnes qui éduquent tout simplement)  :-D

si ça vous inspire… dites-le dans les commentaires  :-D :-D :-D

Happy Training  :-D

Life is for learning / 2

« Le contrôle, une nécessité biologique »  par la Dr. Susan Friedman

En éducation canine, il n’est pas rare d’entendre, parfois sur un ton légèrement (ou résolument) moqueur : « ton chien est en train de t’éduquer »  :roll:

humans

Pourtant, il est à la fois logique et inévitable que cela se produise : tous, et nos chiens aussi, oeuvrons dans le sens d’une conséquence qui nous sera profitable, c’est le contraire qui serait aberrant  :lol:

En clicker training, nous rendons le comportement possible, nous signalons, l’animal produit et c’est un signal clair, pour nous, de cliquer et renforcer… un dialogue constant où, si le travail est bien fait, tout le monde trouve son compte (ajout personnel)  ;-)

pavlov

Nous fonctionnons tous sur une séquence « action ==> effet produit » qui va nous amener à répéter cette action… ou pas  :-)

Cela nous donne à la fois un certain contrôle sur notre environnement (nous choisissons) et un retour en terme d’information (« essaie encore » / « fais autre chose » / « abandonne »).

En effet, peu d’entre nous vont retoucher et retoucher encore un même objet qui vient les brûler  :-)

Imaginez un monde qui ne nous offrirait AUCUNE faculté de contrôler les conséquences de nos choix : une perspective véritablement terrifiante.

… et cela existe bel et bien, on le sait tous  :-(

Tous les jours, dans les media,  nous regardons, écoutons et lisons — avec plus ou moins de compassion, d’effroi et révolte — que des individus, des populations entières, des ethnies sont sujettes à ce type de frustration, de douleur et de colère : toutes les injustices de ce monde concernent cette incapacité  totale à contrôler un environnement hostile.  

justice

Toute forme d’injustice débute en retirant le contrôle à sa victime, en niant sa possibilité de choisir. Qu’il s’agisse d’animaux ou d’humains. 

Nous connaissons tous les renforçateurs primaires (naturellement renforçateurs et, donc, inhérents à la survie) – le contrôle en fait naturellement partie : en effet, que deviendrions-nous sans le contrôle de nous enfuir en cas de danger mortel ?  ;-)

Une étude sur des nourrissons de 4 mois a comparé deux groupes distincts sur l’intérêt qu’ils pouvaient porter à leur « mobile » musical (qui n’est pas un téléphone portable mais cette chose que tous les parents auront accroché, sous différentes formes, au dessus du berceau de notre progéniture).

mobile

Le premier groupe de nourrissons avait un contrôle direct sur le fonctionnement du mobile, le 2èmegroupe n’en avait pas et le mobile se mettait en mouvement de manière aléatoire (Watson, 1967, 1971).

Alors que, au début de l’expérience, le mobile provoquait sourires et mouvements chez tous les nourrissons, rapidement, seul le groupe de nourrissons qui avait un contrôle sur le mouvement de l’objet a continué à s’y intéresser de manière active.

Plus intéressant encore, le groupe de nourrissons qui pouvait contrôler le fonctionnement du mobile a montré une augmentation des comportements joyeux (sourires, vocalises, etc.) par rapport au groupe des nourrissons qui n’avaient aucun contrôle sur le fonctionnement de l’objet.

Si on se réfère, à l’étude britannique sur le contrôle en relation au « burn out » (mentionnée dans « Life is for learning 1″, ne pourrions-nous pas en déduire qu’un nombre grandissant de personnes dans notre monde a l’impression– justement – de ne rien contrôler du tout, de ne plus pouvoir choisir et de subir des circonstances qui les écrasent ?  Il n’y a qu’un pas à franchir entre cette constatation et le taux de « bonheur » dans certains pays.

happy

Un nombre impressionnant d’études sur les animaux (ouistitis, poules, veaux, cochons, etc.) démontre que, quand ces animaux peuvent contrôler, par un comportement préalablement appris, la chaleur, la lumière qui leur sont dispensées, leur comportement se révélait plus calme et moins agressif. 

Les animaux, comme les humains d’ailleurs, préfèrent qu’on leur donne un choix, même quand celui-ci n’apporte pas de plus value concrète (toutes les mamans savent qu’il vaut mieux dire « tu veux mettre tes chaussettes roses ou tes vertes ? » à son enfant récalcitrant plutôt que « mets tes chaussettes »)  :-)

socks

En maison de retraite, donner un certain nombre de choix aux résidents a démontré influencer l’humeur, la qualité de vie exprimée et la longévité (Leotti, 2010 – Langer, et al. 1976).

Sans même mentionner le concept du « contrafreeloading » (le fait que les animaux préfèrent obtenir de la nourriture sous forme de renforçateurs suite à des comportements appris, plutôt qu’en self service), maintes fois testé et répliqué sur les souris, les rats, les poules, les pigeons, les corbeaux, les gerbilles et les chats. Un concept qui s’applique à des animaux correctement nourris, en bonne santé et qui ne souffrent pas de la faim (un animal en privation sévère va se jeter sur la nourriture librement accessible). 

Manquer de contrôle sur son environnement est une source reconnue de stress (ce qui explique, par ailleurs, le faible taux de reproduction des animaux sauvages en captivité quand ils sont privés de comportements fondamentaux pour leur espèce).

Contraindre, lors d’une procédure vétérinaire par exemple, provoque une augmentation substantielle du rythme cardiaque et de la production de cortisol (aucun d’entre nous n’a besoin de connaître le taux de cortisol de son chien pour reconnaître ce stress). 

Ayant dit tout cela, la Dr. Susan Friedman nous rappelle que tout ne peut pas être un choix dans la vie de nos animaux et que si une approche la plus respectueuse possible est un but, nos animaux portent en eux la résilience nécessaire à la négation occasionnelle d’un choix.

La résilience fait cet heureux lien entre la contrainte totale et le choix absolu  :-)

resilience

En conclusion, nous sommes sur terre pour agir et donc choisir et non pas pour rester passifs et subir, cela nous concerne nous et cela concerne les animaux qui partagent nos vies.

choice

Le besoin de contrôler notre environnement est un concept inné, il fait partie de notre bagage biologique et il est le produit de notre évolution à travers les âges, quelle que soit notre espèce.

Avoir des choix, contrôler ce qui nous entoure nous est aussi nécessaire que boire et manger. 

A nous de savoir reconnaître quand l’animal dit non, l’écouter, à nous de faire des efforts pour mieux reconnaître ces refus et à nous de trouver une harmonie entre donner le choix et le « vivre ensemble »  :-)

« Life is for learning » / 1

… bref, je suis partie en Autriche suivre une conférence très joliment  intitulée « Life is for Learning » (la vie est faite pour apprendre… ou la vie est faite d’apprentissages ?).

Le savoir est le pouvoir  :-)

Happy-Fellow-KEY

C’est suite à un échange de messages avec Mary Hunter (dont je vous conseille sans réserve aucune le blog si vous ne le connaissez pas déjà, ce qui me surprendrait si vous lisez celui-ci) que j’ai découvert l’événement : passionnée de PORTL games, que j’ai introduit dans tous mes cours clicker depuis quelques années, je venais aux nouvelles au sujet de la sortie du manuel PORTL qu’elle nous promet depuis un temps certain (il n’est pas encore sorti, patience patience).

Si vous vous demandez ce qu’est le PORTL, rendez-vous sur l’article à venir à ce sujet, stay tuned ;-)

C’est donc Mary qui m’a informée de l’événement qui m’a donné l’opportunité bénie de la rencontrer pour la première fois  :lol:

Mary a un Master en Science du Comportement complété à l’UNT (University of North Texas, là où enseigne le Dr. Jésus Rosalez-Ruiz et  là où j’irai faire mes études dans ma prochaine vie ou dès que je gagne à la loterie dans celle-ci : en effet, la vie n’est-elle pas faite pour apprendre ?).

Elle y enseigne désormais en sus de ses nombreuses activités avec les animaux. Elle est de cette nouvelle génération de béhavioristes issue de la biologie qui contribuera, avec le temps, à faire de la science du comportement un acteur incontournable dans la compréhension du vivant. 

A la conférence,  présents également la Dr. Susan Friedman et le Dr. Jésus Rosalez-Ruiz…

Hélas (pour moi), j’avais déjà écouté l’intégralité de leurs interventions en d’autres occasions et lieux (y compris en ligne)  et, s’il est tout à fait vrai que, à chaque fois, on découvre une dimension supplémentaire aux notions présentées, j’ai été un peu déçue de découvrir que pas grand chose n’était nouveau.

… hey, ne vous méprenez pas : si je n’avais que ça à faire et (surtout, surtout) un budget illimité, je sautillerais avec délectation d’une conférence à une autre sans la moindre arrière pensée mais, comme le budget formations n’est pas extensible, pas plus que le temps que j’ai à y consacrer, je suis toujours avide de connaissances nouvelles.  

Fin du préambule  :-)

Cette conférence de quatre jours a donc été ouverte par la Dr. Susan Friedman (qu’on ne présente même plus), toujours avec son humour « coquin-mais-pas-trop » et sa voix si particulière (que je trouve incroyablement apaisante). 

Je vous conseille, encore une fois, si vous êtes comme moi un(e) geek du comportement, sa formation « Living & Learning with Animals for professionals » (uniquement si vous parlez bien l’anglais, car elle est exigeante et très dense).

J’ai le bonheur de l’avoir suivie et complétée il y a quelques années et c’est une des meilleures formations que j’ai à mon actif, un vrai petit bijou  :lol:

Susan a été clairement très marquée (comme beaucoup d’entre nous) par le livre de la Dr. Susan Schneider « The Science of Consequences » dont je vous ai déjà parlé dans ce blog et que je vous recommande encore une fois.  En effet, sa présentation « The Learning Planet » (la planète apprentissage) était largement inspirée de ses travaux.

Le message fondamental de cette présentation est que le comportement n’est JAMAIS indépendant des conditions environnementales – il n’est pas à « l’intérieur » d’un quelconque organisme mais toujours conditionnel et donc conditionné par l’environnement.

Pour nous éducateurs : votre animal n’est jamais « quelque chose » (buté, démotivé, motivé, gentil, méchant, etc.) mais agit par des comportements pour obtenir des conséquences et contrôler son environnement.

Quand on veut faire disparaître un comportement, on s’attaque à un renforçateur – plus l’animal est déterminé dans son comportement, plus le renforçateur est important pour lui. 

Ce qui est vrai pour la forme la plus simple de vie à la plus complexe : de la bactérie, les invertébrés à la plus complexe, c’est une organisation planétaire : agir pour un résultat. 

Plus l’organisme est complexe, plus sophistiquée sera sa capacité d’apprentissage et plus vaste son panel de renforçateurs. 

learning1

Une étude du gouvernement britannique qui n’étonnera personne je pense, a démontré une corrélation évidente entre notre capacité à contrôler notre environnement dans un contexte professionnel et notre santé physique et psychique (Mermot et al., 1978, 1991).

En effet, qu’est donc un « burn out » sinon une graduelle perte de contrôle (perçue ou réelle) sur notre environnement ? Quand nous avons l’impression de ne plus rien contrôler, de ne rien pouvoir changer, de devoir endurer et subir quoi qu’il nous en coûte, sans échappatoire possible, nous tombons malades (et nous allons mieux quand on reprend un certain contrôle). 

burnout

Une étude portant sur le « pacing » (comportement d’allées et venues des animaux captifs) chez les ours polaires a démontré qu’une distribution de nourriture « gratuite » et aléatoire ne réduisait en rien cette stéréotypie alors que la recherche volontaire de cette nourriture a apporté des effets positifs (Carlestead et al., 1996).

Cette recherche proactive,  leur a donné une forme de contrôle sur leur environnement avec un effet bénéfique considérable. A retenir quand nous parlons d’enrichissement de l’environnement : il est tel quand l’animal s’engage.

oui, je sais, ils seraient mieux dans leur environnement naturel… 

Contrôler son environnement, c’est-à-dire, décider et entreprendre dans le sens de conséquences désirables, est un renforçateur primaire.  

Comment ne pas en déduire qu’il est légitime de donner des compétences à nos animaux domestiques afin de leur permettre d’agir sur leur environnement par la pratique et mise en œuvre de ces apprentissages afin d’obtenir des conséquences opportunes à leurs yeux? 

Nos chiens vivent dans un contexte humain, plus ils auront d’apprentissages, plus ils obtiendront de liberté, plus ils obtiendront de la liberté et plus ils auront de contrôle sur leur vie.

Ce sont les conséquences qui créent la dite « motivation » et nous apprenons continuellement l’application de nouveaux comportements qui nous amènent à un choix   de renforçateurs de plus en plus vaste et riche. Plus nous acquérons de compétences, plus nous trouvons de renforçateurs dans notre environnement. 

learning2

Dans le contexte de cet article, être « vieux » à n’importe quel âge, n’est-ce pas tout simplement d’avoir abandonné la recherche de nouveaux renforçateurs?  8-)

henducks

Ce qu’on appelle l’instinct est continuellement affecté par les conséquences produites et les apprentissages : des canetons qui n’auraient pas entendu  les sons habituels de  leur espèce dans l’œuf et à qui on a passé des enregistrements d’une autre espèce, démontraient une préférence pour l’autre espèce.  La génétique est sensible à l’environnement et sujette à l’apprentissage. 

L’évolution et l’apprentissage marchent main dans la main et enfantent la « sélection» qui n’est rien d’autre qu’une conséquence. La nature sélectionne ce qui « fonctionne » au détriment de ce qui ne fonctionne pas. 

Dans la nature, un changement d’environnement va causer une sélection des réponses comportementales qui, à son tour, va influencer le bagage génétique…

Les parasites des plants du tabac ont appris à éviter certains insecticides quand ils ont été associés à un autre stimulus et 77% de leur progéniture savait, dès la naissance, éviter le même aversif.

On a mis des moustiques dans une machine qui reproduit l’agitation de nos mains (quand on essaie de chasser ces charmantes bestioles) et on a associé ces vibrations avec une odeur spécifique : les moustiques ont appris à éviter cette odeur (et on retenu l’information pendant plus de  24 heures).

J’ai moi-même toujours observé que, dès que j’empoigne la tapette à mouches, plus de mouches pendant plusieurs minutes.

La fascinante flexibilité de tout ce qui est vivant…

On ne peut pas changer un ADN : par contre, si l’environnement est modifié, le comportement l’est également et le comportement peut modifier le cerveau. 

En gros, et c’est passionnant, nous (comme tout ce qui est vivant) ne sommes pas les victimes inertes et sans contrôle de l’évolution : nous expérimentons continuellement des conséquences qui vont, à terme, influencer notre évolution future. 

Nous humains, nous émerveillons constamment de la capacité d’une quelconque espèce à apprendre alors que c’est un mécanisme fondamental à toute survie.

J’avais déjà lu un article absolument passionnant au sujet des apprentissages chez les plantes mené par Monica Gagliano (cliquer ici, en anglais) – des plantes qui ont appris à suivre une émission d’air indiquant la direction vers un renforçateur primaire (la lumière, indispensable pour elles).

Par la suite, ces mêmes plantes suivaient l’émission d’air même quand celle-ci ne les emmenait plus vers la lumière (parlons donc d’écologie cognitive – qu’est-ce donc d’autre que de l’apprentissage ?).

Les apprentissages deviennent des compétences, les compétences nous permettent d’agir sur notre environnement et donc de le contrôler dans notre intérêt et pour notre bien-être.

« Une fois que le vivant, tout le vivant, a pu apprendre des conséquences, la vie ne fut plus jamais la même »

(Dr. Susan Schneider).

earth

Nous vivons tous sur la « planète apprentissage »