Archives pour la catégorie produits naturels pour chiens

Graines et amandes fermentées

neige2

Comme il a fait très (très) froid, que le chemin de ma maison était impraticable à cause de la neige et que j’ai du rester guetter l’installateur sanitaire pendant deux jours entiers pour qu’il vienne me sauver de mes canalisations congelées (bonheur), on a décidé de faire quelques stocks pour les chiens… on est parés en mix de légumes, bouillon d’os gélatineux pour un bon moment  :lol:

Dans la foulée, j’ai décidé de fermenter des graines de tournesol et courge et des amandes biologiques que j’avais dans mon armoire – destination :  la gamelle des chiens  :lol:

graines

 Intérêt nutritionnel des graines de courge : 

  • pour leur effet vermifuge naturel (les graines de courges contiennent un acide aminé qui a un effet paralysant puis évacuateur des vers dans le tract digestif)
  • elles sont riches en magnésium (un minéral qui est souvent trop peu présent dans une alimentation crue)
  • elles sont une source de zinc (autre minéral souvent trop peu présent dans une alimentation crue)
  • elles contiennent des acides alpha-linoléiques
  • elles sont riches en tryptophane
  • elles sont une source de fibres

Intérêt nutritionnel des graines de tournesol

  • elles sont riches en vitamine E et sélénium
  • elles sont une source de manganèse, de cuivre et de thiamine
  • elles contiennent de l’acide linoléique
  • elles sont une source de fibres

 Intérêt nutritionnel des amandes

  • elles sont riches en vitamine E et magnésium
  • elles sont une source de cuivre
  • elles apportent de la riboflavine et des antioxydants
  • elles sont riches en fibres

 … et la fermentation alors, pourquoi faire ?

Post fermentation, les nutriments des graines et des amandes seront plus bio disponibles pour le chien – en effet, elles sont ainsi « prédigérées » par les bactéries produites lors de la fermentation et leurs nutriments sont beaucoup mieux assimilés que si on devait les donner telles quelles.

En utilisant la partie claire de mon kéfir que j’ai laissé volontairement se séparer (voir photo ==> ce petit lait active la fermentation), les chiens bénéficient, dans la foulée, des bienfaits des probiotiques du kéfir et des fibres en tant que prébiotiques.

petitlait

Si vous ne faites pas de kéfir (de lait) pour vous ou vos chiens, vous pouvez acheter un sachet tel que celui-ci pour l’occasion et utiliser du lait de chèvre au lieu d’utiliser l’eau (ou un mélange des deux).

 sachetkefir

Fermentez de quoi suffire à vos chiens pour moins d’une semaine si vous comptez garder votre réserve au frigo (les graines et les noix rancissent rapidement, comptez une conservation de 4 ou 5 jours maximum).

germees

Je congèle ce que j’ai en excès (ce qui diminue légèrement les probiotiques mais reste intéressant).

Ingrédients (quantités à adapter à vos besoins)

  • Environ une demi tasse de graines de courge, une demi tasse de graines de tournesol et une demi tasse d’amandes (non salées et crues, si issues de la culture biologique évidemment, c’est mieux).
  • Environ une grande tasse d’eau filtrée ou faiblement minéralisée.
  • 10-15 cuillères à soupe (non métallique la cuillère) du petit lait de kéfir.

Comment faire?

Mettre tous les ingrédients dans un contenant adapté (non métallique, idéalement en céramique) et laisser fermenter pendant 24 ou 36 heures (selon température ambiante).

Mixer sans égoutter, garder ce qu’il vous faudra pour 4 ou 5 jours au frigo et congeler le reste.

mixees

Combien en donner ?

J’ajoute ce paragraphe car je sais que vous allez me poser la question dix mille fois… mais on parle d’aliments et non de médicaments, il n’y a donc pas de posologie et tout dépend de ce que contient la gamelle BARF de votre chien et quelles sont vos autres sources de ces mêmes nutriments (notamment manganèse, zinc, magnésium et vitamine E)mais la variété étant source d’équilibre, cette préparation est une alternative intéressante.

Une cuillère à soupe pour un chien d’environ 20-25 kilos 2 ou 3 fois par mois est une bonne base  :-D (une « patte » fait une cuillère à soupe)  :lol:

Attention : les graines de courges peuvent se révéler irritantes donc, quelle que soit la forme sous laquelle vous en donnez, elles ne doivent pas être données en continu mais occasionnellement (2-3 jours par mois). 

… et voilà le produit fini, prêt à l’emploi ces prochaines semaines (accompagné de son pote bouillon d’os)  :-D

congelées

Niveau appétence, ceux qui connaissent mes chiens savent qu’ils ne sont pas une référence : ils auraient tendance à manger d’abord et réfléchir ensuite (ce qui, avouons-le, est très pratique mais parfois un peu frustrant)  :-D

La prochaine fois, je vous parlerai de comment je fais fermenter les légumes des chiens également  :-D

Happy cooking 

Médicaments, le dernier recours?

 

La médication en thérapie comportementale, le dernier recours ?

Sujet évidemment sensible tant il suscite, chez pas mal de monde, une réponse ultime, absolue et peu nuancée… alors que, en comportement, TOUT est nuance justement  ;-)

relatif

Toutefois, je comprends ces réactions épidermiques de refus sans difficulté, tant l’idée semble, au premier abord, rebutante (j’avoue que, au fil des années, j’ai révisé mon approche et opinion). 

baddogsjoke

On parle, clairement, de médicaments psychotropes, délivrés exclusivement sur ordonnance par un vétérinaire (et pas de moyens dits « naturels » tels que la caséine, la L-théanine, les phéromones, l’homéopathie, les fleurs de Bach et autres précurseurs naturels de la sérotonine plus ou moins efficaces).

Evidemment, la médicalisation au sein d’une thérapie de modification du comportement est du seul ressort du vétérinaire comportementaliste, pas celui de l’éducateur donc, a priori, pas le mien  :lol:

Sauf que – dans la réalité du quotidien – c’est à nous que s’adresse, souvent en premier lieu, le propriétaire aux prises avec ce chien qu’on ne peut même plus sortir pour aller faire pipi alors qu’on habite en appartement, ce chien qui aboie pour tout et rien mille fois par jour, qui a des phobies handicapantes, qu’on ne peut plus sortir en voiture, qui agresse les autres chiens ou les humains… bref, qui constitue un danger pour les autres et pour lui-même.

dogblanket

Nous sommes ceux qui reçoivent et écoutent longuement, ce propriétaire à bouts de nerfs, de motivation, pris entre l’affection bien réelle qu’il porte à son chien (sinon, il ne serait pas là) et son exaspération parfois extrême car complètement désemparé par ce qu’il vit depuis des semaines, voir des mois ou même, parfois, des années. Ces personnes ont, souvent, à leur actif, un long parcours de promesses de « méthodes » et protocoles prometteurs qui n’ont rien changé et le scepticisme qui en découle  :roll:

Nous sommes ceux qui aident le propriétaire à jongler entre l’inévitable deuil à faire du chien « sympa et facile » et la motivation indispensable pour aider leur sujet réactif, voir hyper réactif ou tellement craintif que passer le seuil de l’habitation requiert une stratégie hautement élaborée, sans compter les inévitables échecs qui dépriment et démotivent (le «on ne va pas y arriver » fataliste et défaitiste).

reactif

Nous sommes là pour mettre en évidence le plus petit embryon de progrès, le célébrer, ne pas laisser ce début de succès se diluer dans la marée du chemin encore à parcourir.

Ce sont d’ailleurs des cas extrêmement lourds en termes d’énergie mentale et affective pour l’éducateur également et c’est toujours du « sans garantie » (petite mention ironique, je l’admets sans complexe, à ces « collègues » qui promettent des résultats « rapides et définitifs » à prix d’or d’ailleurs, confirmant à tout professionnel digne de ce nom leur ignorance absolue en comportement). 

S’il existait une approche ultime et garantie de modification du comportement, on se demande pourquoi les prisons sont pleines, les psychiatres se trompent régulièrement dans leur évaluation de la dangerosité de certains individus, etc.  

Le comportement, reste l’étude unique d’un cas dans un environnement et aucune réponse ne saurait être universelle et infaillible  ;-)

Moi aussi j’aimerais bien une méthode magique pour perdre dix kilos en avalant force chocolat et fromage mais, quoi que l’idée me semble tout à fait attrayante et même au-delà, mon réalisme foncier me sauve d’acheter le « thé magique » vendu à prix d’or sur internet  8-)

Modifier une émotion et, donc par voie de conséquence, modifier le comportement est un chemin qui ne connaît aucun raccourci, jamais (à moins, évidemment, de ne viser QUE la disparition temporaire du comportement gênant et de se contenter d’un chien inhibé et contraint et encore, le plus souvent ça tient le temps de tourner leurs vidéos promotionnelles).

 … et c’est là que, parfois, se pose la question d’une médication  :-)

La peur est une très vilaine émotion, n’importe quelle personne anxieuse comprendra cette phrase sans que je développe ultérieurement et longuement.

SHUTDOWN

Observer un chien couché au sol dans une mare de bave et qui n’ose plus bouger me remue au moins autant que de voir un chien physiquement blessé : les deux souffrent de la même manière, les deux ont besoin d’une aide urgente et efficace.

Quand on parle de psychotropes, il faut faire la distinction entre les médicaments à prendre au quotidien (comme la fluoxétine par exemple) – la molécule doit être constamment dans le système du chien pour faire son effet : ses effets s’observent, le plus souvent, après 3 ou 4 semaines après le début du traitement.

Ensuite, il y a les médicaments que l’on donne de manière ponctuelle (comme le Xanax par exemple) qui sont donnés chez les chiens qui souffrent de phobies au sujet de certains bruits par exemple (comme l’orage).

Ils font effet rapidement mais on un effet « sédatif » clairement plus important que les premiers. Ils créent une accoutumance et il faudra souvent augmenter les doses avec le temps. Avant de grimacer, je me dois de mentionner cette chienne qui lors d’un orage, à traversé une fenêtre fermée en panique (se blessant évidemment au passage), une autre qui s’est démontée la mâchoire pour sortir de la cage où elle était enfermée  :-|

La chimie du cerveau d’un chien qui considère certains déclencheurs comme une menace mortelle est telle qu’aucun apprentissage constructif et profitable n’est possible en l’état.

Dans un monde parfait et idéal, le chien ne serait jamais exposé à ce qui le terrorise et donc pourrait se passer de médication et apprendre dans un milieu « sécurisé », en augmentant l’exposition de manière rigoureusement contrôlée.

stressed

Sauf que, dans la vie réelle, c’est rarement possible, voir jamais (car il faut sortir le chien ne serait-ce que pour ses besoins physiologiques, il faut aller chez le vétérinaire, on ne peut pas vivre en reclus sans jamais recevoir d’inconnu, on ne peut pas contrôler les tirs, les feux d’artifice et la météo, on doit prendre la voiture, etc. etc.)

Les médicaments ne résolvent strictement rien, seuls.

Ils diffèrent (plus ou moins longtemps) la réponse comportementale du chien (qui réagit donc moins vite) et son intensité (il réagit moins intensément). Ce qui aide considérablement la mise en place d’une stratégie comportementale qui reste absolument indispensable et incontournable.

clicker

Comme ces ordonnances viennent obligatoirement d’un vétérinaire (choisissez-le avec la spécialisation en comportement de préférence), il saura prendre en considération une éventuelle pathologie, notamment au niveau du foie et discuter avec vous des possibles effets secondaires et de la posologie. 

Pour conclure, je précise que cette décision n’est jamais prise par pure « convenance » ou à légère et que, chez mes clients, elle a toujours fait l’objet d’une véritable réflexion dans l’intérêt premier de leur animal, avant même le leur (il est par ailleurs difficile de dissocier les deux). 

Comme toujours, une collaboration et communication franche et efficace entre propriétaire, éducateur et vétérinaire comportementaliste, chaque acteur respectant l’autre pour ses compétences, représente la meilleure option à prendre parfois sans tarder et non pas comme celle du « dernier recours » pour, parfois (mais pas toujours hélas) pouvoir, ensuite, s’en défaire  ;-)

 

Les bienfaits de la gélatine

Depuis très longtemps, j’ajoute une préparation de gélatine aux gamelles de mes chiens…. et vous devriez le faire aussi

Parce que je n’ai pas toujours le temps / courage/ les os adéquats pour faire du « bouillon d’os » et parce que la gélatine est un vrai trésor de bienfaits, aisément disponible, pour nos carnivores domestiques  :-D

bonebroth

La gélatine a toujours fait partie de l’alimentation des humains et le bouillon gélatineux, vieux remède de grand-mère, était généralement inclus dans les plats longuement mijotés qui se sont un peu (énormément) perdus dans notre vie moderne.

gelatineux

Comme ce blog se concentre sur les chiens essentiellement, le concept du végétarisme n’entre tout simplement pas en ligne de compte (les chiens sont des carnivores et le resteront quoi qu’en disent certains), toutefois, si vous n’êtes pas végétarien, ces concepts s’appliquent également à l’humain.

Si vous faites régulièrement du bouillon d’os – et que celui-ci gélifie aisément – vous pouvez vous en tenir à ça bien évidemment – mais c’est souvent long à réaliser, certains n’ont même pas de casserole adéquate et ne sont pas assez longtemps à domicile pour surveiller la cuisson et, parfois, celui-ci ne gélifie pas.

Quelques conseils à ce sujet, avant de revenir à notre gélatine  :-D

Pourquoi mon bouillon ne gélifie pas, malgré mon vinaigre ?

  • Parce qu’il cuit à trop haute température. Si la température est trop haute, la chaleur va détruire le collagène et le bouillon ne gélifiera pas ou très peu.
  • Parce qu’il n’a pas cuit assez longtemps (un bouillon d’os de poulet devrait cuire entre 6 et 24 heures et un bouillon d’os de bœuf entre 12 et 50 heures) d’où l’utilité de la gélatine pour ceux qui sont terrassés par la perspective et ne possèdent pas de « slow cooker ».
  • Parce que les os utilisés ne sont pas appropriés : ils contiennent trop peu de cartilage. Ne pas hésiter à ajouter des morceaux « cartilagineux ». 
  • Parce qu’on a utilisé trop d’eau pour la quantité d’os disponibles : il faut environ 2 kilos d’os pour 4 litres d’eau pas trop calcaire, les os doivent être recouverts.
  • Parce qu’on utilise les os de poulets élevés en batterie ☹ On sait que les carcasses de ces poulets contiennent très peu de gélatine.

Si la perspective du bouillon d’os gélatineux vous sidère par avance, il vous reste la gélatine  :-D

(et, si vous avez cuit un bouillon d’os qui n’a pas gélifié correctement, n’hésitez pas, justement à lui ajouter de la gélatine, tout simplement :-D

Les acides aminés présents dans la gélatine (glycine, proline, hydroxy proline, acide glutamique, alanine, arginine, acide glutamique, acide aspartique, lysine, sérine, leucine, méthionine, histidine et tyrosine en des proportions variables selon la gélatine utilisée) apportent un nombre incroyable de «mesures préventives et curatives »

La gélatine peut :

  • aider à la cicatrisation
  • aider à la digestion
  • réduire les effets cataboliques des tissus musculaires en période de stress ou de maladie
  • aider à la sécrétion gastrique 
  • réduire l’inflammation des muqueuses (une alliée en présence de ce qu’on appelle le « leaky gut » ou « intestins poreux » également chez le chien)
  • favoriser la production d’hormone thyroïdienne
  • régulariser le diabète
  • protéger contre le stress (cortisol)
  • améliorer la qualité du poil, des griffes, des os et tous les tissus conjonctifs
  • aider en cas de douleurs articulaires (dysplasie et donc arthrose et arthrite)
  • aider les chiens souffrant d’épilepsie (études effectuées chez le rat)
  • soutenir les tissus conjonctifs (penser au chien sportif)

Que peut-on faire de la gélatine pour nos chiens ?

Une friandise appétissante (plus intéressante pour utilisation à la maison car ne supportera pas bien la chaleur et se garde au frigo)un délicieux complément pour sa gamelle – hyper bas en calories (zéro calories dans la gélatine – peut-être réalisée avec un bouillon maigre très appétissant pour le chien, pour un résultat final à la fois hyper digeste et hyper appétissant : que demander de plus?). Evitez toutefois les cubes de bouillon, beaucoup trop riches en sel (ou choisissez un produit sans sel, si la perspective d’un bouillon maison vous décourage, celui-ci contiendra toutefois de l’amidon de maïs, du sucre mais, enfin, on fait ce qu’on peut). 

Dosage, approximatif, journalier d’une préparation de gélatine pour un chien de :

  • 5 à 10 kilos : une cuillère à café
  • de 10 à 20 kilos : 2 à 3 cuillères à café
  • de 20 à 30 kilos : 3 à 4 cuillères à café
  • plus : une ou deux cuillères à soupe

(Je précise que la gélatine est un supplément et non un médicament, ces quantités sont donc purement indicatives)

Pour ma part, je la garde en pots et j’ajoute leur dose quotidienne à tous mes chiens : importante pour les chiots en croissance, déterminante pour les petits vieux, essentielle pour mes chiens sportifs ☺

Considérez que, si les soucis de votre chien sont digestifs, il est préférable de lui en donner souvent pendant la journée, plutôt qu’une seule fois au moment de la gamelle (d’où l’utilité des « friandises »).

Je mets ces friandises dans « mon » désormais célèbre « moule magique » (et je le garde ensuite au frigo les friandises démoulées – pas plus que 3-4 jours). 

friandisesgelatine

Ces friandises ont la consistance des « oursons » en gélatine de notre enfance (pas le même goût ni la même couleur par contre), elles sont « caoutchouteuses » et « rebondissantes ».

oursons

Vous pouvez y ajouter plein de choses comme des légumes, des herbes aromatiques, du gingembre, de la cannelle, des myrtilles,  etc. etc. etc.

Si votre chien est difficile ou si votre gélatine est uniquement à base d’eau, n’hésitez pas à mixer quelque chose qu’il apprécie et à l’ajouter à la masse (j’y ajoute, pour mes lecteurs suisses, une tombée de notre très célèbre « Parfait »)  ;-)

parfait

Attention à ne pas utiliser de préparation de gélatine sucrée : outre au sucre tout à fait dommageable à nos chiens, ces préparations contiennent souvent du xylitol (sucre issu de l’écorce de bouleau) qui est MORTEL pour les chiens à certaines doses.

bouillon2

Vous aurez donc besoin de :

  • une tasse de gélatine neutre (pas de sucres, pas d’édulcorants)
  • une tasse d’un liquide froid (eau, bouillon de viande, eau ou lait de coco)
  • 3 tasses d’un liquide chaud (bouillon de viande maison – comme ci-dessus – ou industriel sans sel ou eau)
  • autres ingrédients de votre choix (ATTENTION : certains fruits ne sont pas appropriés à la préparation de gélatine car leur enzymes empêchent la « prise », ceux qui contiennent de broméline comme le kiwi, l’ananas, la papaye, la goyave)
  • un contenant de votre choix (un simple plat « pyrex » ou un moule à tarte fait l’affaire, vous pourrez ensuite couper votre gélatine à votre guise ou encore des Tupperware si vous souhaitez congeler votre production). 

Attention : toutes les gélatines n’ont pas le même pouvoir gélifiant, toutes les gélatines n’ont pas le même mode d’emploi – certaines se liquéfient dans le liquide chaud sans trempage, regardez votre paquet et adaptez en conséquence. Si votre gélatine est trop « molle » à votre premier essai, augmentez les doses pour obtenir une consistance de « gomme ». Les produits du commerce destinés à fabriquer de la gelée indiquent un indice bloom » qui est compris entre 50 et 300. Plus le degré Bloom est élevé, plus le pouvoir gélifiant de la gélatine est important.

ingredientsgélatine

  • Mettez votre tasse de gélatine dans un bol et ajoutez une tasse d’un liquide froid et laissez reposer 2 minutes (ou suivez les indications de votre paquet)
  • Ajoutez votre liquide chaud sur la gélatine ramollie et mélangez afin de dissoudre la gélatine complètement
  • Transvasez dans le « contenant » de votre choix

gelatinepattes

Ma production « lambda » : bouillon maison de viandes et légumes + gingembre + cannelle + gélatine + myrtilles mixées + persil / le tout issu de la production biologique  ;-)

productionlambda

Elle se congèle sans problème dans des contenants appropriées : la mettre à décongeler au réfrigérateur pour la garder bien ferme.

Au frigo, elle se conserve une petite semaine sans problèmes.

Happy cooking  :-D

L’apologie du calme…

 

hyper1La réalité du chien dit «actif» est relativement compliquée : et s’il n’est pas rare de devoir inciter certains propriétaires à bouger son chien « un peu plus » quiconque a partagé sa vie avec un chien très speed, fit et légitimement entraîné sait que de le «fatiguer » est – souvent – un vœu assez pieux  :lol:

Parce qu’il existe une montagne d’excellents propriétaires (quoi qu’on en dise) : j’ai rencontré une foultitude de clients, souvent jeunes et sportifs eux-mêmes, ayant adopté en toute connaissance de cause un chien de nature sportive et active et qui sont passés rapidement d’une heure de balade à deux, puis trois, puis quatre heures par jour – j’ai même eu un jeune couple de deux jeunes hommes qui se relayaient l’un après l’autre pour balader leur chien la bagatelle de six heures par jour  8-O   (sans arriver à la moindre amélioration du comportement destructeur de leur chien d’ailleurs, qui était incapable de se poser à la maison).

Quand la balade nez au vent dans la nature ne suffit pas à atteindre le nirvâna du «un chien fatigué est un chien sage» et que le chien arrive à l’âge de pouvoir pratiquer, on ajoute l’agility, le frisbee, le lanceur de balles (post balade), etc. etc.

Ensuite, à la maison, «il a ses jouets » à disposition  :-?

 

dogtoys

Dans certaines races dont le potentiel sportif est énorme, ces super athlètes (rendus tels par leurs propriétaires pleins de bonne volonté), on se retrouve avec un chien littéralement «increvable » parfois (et des propriétaires épuisés qui – hagards – voient leur chien leur apporter la balle à la maison, et parfois vocaliser si on les ignore, genre « je m’ennuie », alors que les humains sont exténués et, accessoirement, ont aussi besoin / envie de faire autre chose que d’amuser le chien).

creve

Quand on se retrouve avec un chien adolescent très actif et que, à un moment dans la journée, vous avez l’impression qu’il va dévorer vos possessions une à une, on sort et on va « le fatiguer ». On balade, on lance des trucs divers et variés, on joue au frisbee ou tout ça en même temps ou successivement, longtemps. Très longtemps parfois.

Rassurez-vous, je ne vais pas vous pondre une litanie anti-sports canins : les chiens qui s’ennuient sont légion (eux aussi) et toute activité canine bien introduite me semble excellente à prendre (et puis, soyons un peu francs : tout le monde prend un chien pour une quelconque forme de gratification et le nier me semble très hypocrite – je laisse ça aux plus « saints d’entre nous »).

angel

Tous mes chiens ont des vies bien sportives, des tas d’apprentissages au clicker et, néanmoins, savent parfaitement me « lâcher les baskets » (et moi lâcher les leurs) - vivre comme des chiens pendant leurs balades, se poser à la maison et attendre tranquillement quand je travaille d’autres chiens, même en salle. 

Quand mes enfants étaient petits et qu’ils avaient besoin de se défouler physiquement, il n’était pas approprié de leur proposer une activité de lecture ou un jeu de réflexion même s’ils adoraient les moments de lecture et les bricolages tranquilles – l’un ne peut empêcher l’autre, l’autre ne doit exclure l’autre.

Par ailleurs, adopter un chien sportif, à moins d’une monumentale erreur de casting (cela arrive aussi et même plutôt souvent, mais ce n’est juste pas la thématique du jour), implique qu’on ait envie de faire des trucs avec son chien – sinon, on porterait judicieusement son choix sur une race moins exigeante à ce niveau là.

eelouBibafrisbee

Ce qu’on oublie souvent dans notre vision du « j’ai pris un chien sportif et j’assume » c’est que toute forme d’activité dynamique, génère une montée d’adrénaline considérable – chez des sujets qui montent très, très vite en excitation déjà de par leur génétique (la sélection au chien ultra speed est très réelle et parfois un peu délirante aussi).

L’impasse est souvent atteinte parce que le chien n’a aucun apprentissage du «calme» et vit en état d’excitation perpétuelle (ce qui peut aider à se construire un chien dit « réactif » – qui aboie sur les autres chiens, qui aboie quand les gens bougent, qui « exige » car aux prises avec des émotions qu’il ne peut plus gérer).

J’ai des clients propriétaires de chiens ultra sportifs chez qui je vais parce que le chien ne leur laisse plus un instant de tranquillité et qui me disent, soucieux de ne pas me voir les taxer de ne pas « assumer leur chien », qu’ils baladent 3 heures par jour, jouent au frisbee, vont à l’entraînement d’agility, lancent la balle et rentrent, malgré tout, à la maison avec un chien littéralement insupportable dans ses demandes d’interaction (et qui, parfois, pendant l’entretien de comportement, lancent le jouet inlassablement à leur chien qui vocalise aussitôt qu’ils s’arrêtent). 

A ces personnes, je propose avant tout d’en faire beaucoup moins ou, plutôt de faire très différemment (et là, ils me regardent ahuris – j’ai un chien « sportif » Madame). Oui, moi aussi  :-D

et on se met à bosser sur l’apologie du « calme »  :-D

Parce que oui, parfois on peut avoir le beurre et l’argent du beurre, on peut avoir un chien actif et sportif ET calme.

trio

Renforcer le calme : souvent, quand on a un chien qui ne se tient « jamais tranquille » à la maison, quand le chien se pose (enfin) sur son dodo, on aurait tendance à surtout ne plus le déranger du tout (versus les montagnes de renforcement quand il provoque, inévitablement, l’attention quand il prend la télécommande, bouffe vos coussins du salon, vole votre chaussure à l’entrée, etc.). 

C’est, souvent, précisément ainsi que nous fonctionnons avec les enfants – qu’on ignore quand ils sont « sages » (comprendre n’ennuient personne) et dont on s’occupe très activement aussitôt qu’ils ne sont plus « sages » (comprendre font quoi que ce soit pour attirer l’attention).

On s’étonne ensuite de la construction d’enfants « insupportables » alors qu’on renforce avec constance et systématique tous les comportements inappropriés et qu’on ignore les autres.

Que vous « croyiez » ou non, aux lois de l’apprentissage ne les empêchera pas d’exister…. ce sont des forces en action qui feront leur boulot quelles que soient vos convictions culturelles personnelles  ;-)

science

Quand j’incite les propriétaires à aller « renforcer » ces moments de calme, par une friandise ou une séance de câlins (si le chien apprécie la séance de câlins évidemment), on me répond – horrifié – «ah mais non, il va se lever » (quelle horreur)  :-D  

Oui, il va se lever pratiquement à coup sûr, je vous le confirme et là, il va falloir tout simplement recommencer ce que vous étiez en train de faire sans faire cas du chien (pas toujours facile au début). Faute de mieux, il finira par retourner à son dodo ou sa position de calme (les miens ont une fâcheuse tendance à ignorer leurs dodos hors de prix et à dormir sur le sol, à la dure). Là, vous retournez renforcer ce moment de calme…. en lâchant quelques friandises sur le dodo ou en débutant une séance de câlins-massages très calmes.

Avant de débuter ce travail – prenez note de combien de minutes / heures votre chien est calme dans son dodo – quelques 15 jours plus tard reprenez à noter les moments de calme dans le dodo…. je vous parie qu’ils auront augmenté  ;-)

chill

En parallèle, virez les jouets qui sont au sol ou dans le panier accessible au chien, virez les coussins, rangez la télécommande et autres opportunités de devoir « réagir » aux « bêtises » de votre chien (qui, au contraire, se montre très intelligent car il a rapidement compris comment vous contraindre à interagir).

Apprenez à votre chien à réagir à un « interrupteur positif » (un petit bruit quelconque que vous associerez, hors contexte de « bêtises » à quelque chose de hautement gratifiant, surtout si vous avez utilisé son nom, encore et encore, pour le stopper dans ses comportements inappropriés).

Un travail sur la détente – comme le protocole de relaxation de la Dr. Karen Overall, l’exercice de détente sur le dodo de Nan Arthur (qui sont des protocoles à suivre étape par étape). Cela n’a strictement rien à avoir avec un exercice de travail du style « va à ta place » – qui fait appel à un conditionnement opérant – à savoir, appris, renforcé où le chien choisit ce qu’il sait être « payant ». Ces protocoles se focalisent sur l’émotion du chien, favorisent la détente  :-D  

Vous les trouvez aisément via une petite recherche Google, ils nécessitent, à mon sens, l’accompagnement d’un éducateur compétent, en tous cas au début  :-D

Pensez à l’olfaction – pensez « tapis de fouille » (ou snuffle mat), pensez à la technique des « Sprinkles »  :-D  (votre éducateur / trice pourra vous aider à mettre ces techniques en place). 

snuffle

Si votre chien mange des croquettes, pensez à passer à une alimentation BARF et ajoutez du kéfir que vous ferez maison ou des comprimés de probiotiques – c’est bénéfique de toute façon et la relation entre l’émotionnel et l’état de la flore intestinale est de plus en plus mis en avant en médecine humaine.

kefir

Certains produits naturels – comme la L-Théanine (thé vert), ou la caséine (protéine du lait) peuvent – parfois – aider votre chien à se détendre et ne créent aucune accoutumance (parlez-en à votre véto). 

Réévaluez si votre chien gagne vraiment quelque chose à voir certains « copains chiens » avec qui le jeu est souvent très agité et confine, parfois, à l’affrontement. 

Réévaluez si ses séances de sport en club finissent par une excitation qui devient ingérable (réactivité en laisse, réactivité en libre sur les autres chiens, les humains, etc.) – il faudra probablement arrêter ces activités quelques temps. Parlez-en avec votre coach – s’il connaît son travail, il saura parfaitement comprendre vos motivations et construire, avec vous, un retour à l’entraînement qui tient la route.

Apprenez à votre chien un signal « libre » : à partir de celui-ci, il peut faire ce que bon lui semble mais SANS interaction avec vous (surtout en balade) et, question de le rendre crédible, tenez-vous à celui-ci.

Quand vous travaillez votre chien au clicker, travaillez sur le contrôle de l’impulsion sur chaque comportement appris, sans exception. Le chien qui vous balance son répertoire de connaissances n’est pas « rigolo » ni « mignon » mais frustré avant tout et ça n’a rien d’une émotion agréable.

Le concept du contrôle de l’impulsion sur les comportements est le parent (très) pauvre des personnes qui ont appris le clicker training « sur le tas » (via Youtube et quelques articles).

impulse

Faites des balades en longe en suivant votre chien là où il souhaite aller – la longe vous permettra de le laisser tranquille vaquer à sa vie de chien sans devoir l’appeler constamment vers vous si le rappel n’est pas acquis. S’il tire, n’avancez pas en ligne droite mais faites un parcours suffisamment sinueux et renforcez quand il vous suit.

Oui, vous pourrez revenir aux jeux, au sport, au club…. MAIS en continuant vos  protocoles d’apprentissage du « calme » et en mixant savamment votre progression entre périodes de calme et périodes d’excitation (à ce sujet, il vous faudra l’aide d’un éducateur compétent).

Le chien étiqueté comme « insupportable », « ingérable », ultra demandeur et qui finit par régir l’intégralité de la vie de son propriétaire (qui, parfois, ne reçoit plus personne chez soi, est épuisé par la gestion du chien) est une des causes d’abandon les plus fréquentes ou alors une des causes de prises de psychotropes le plus courantes : alors que, souvent, il s’agit tout simplement de chiens qui auraient eu besoin d’un apprentissage au calme systématique dès leur plus jeune âge, plutôt que d’une débauche d’activités excitantes afin de favoriser une très hypothétique – et improbable – « fatigue ».

Happy training  :-D

 

 

 

 

 

Pattes de légumes

ZoukGamelle

Le 2ème service, c’est possible?  ;-)

Dans une gamelle BARF, il y a des légumes… et même si les « raw-feeders » les considèrent superflus, j’ai remarqué que mes chiens ne « broutent » plus du tout quand leur gamelle de viande en comprend (environ une cuillère à soupe par dix kilos de poids est la quantité consacrée, les miens ont carrément le double et tout va bien) :lol: 

Les légumes  chez moi sont généralement ultra frais, bio et hyper locaux puisque j’ai la chance d’habiter à trois minutes d’un producteur qui fait vente directe (et, parfois, mais plus rarement,  ils sortent même de mon potager quand les limaces qui ont colonisé les lieux veulent bien me laisser quelque chose mais c’est pas souvent) :-D 

J’en achète tous les deux jours, voir quotidiennement quand je passe devant, et les chiens (+ cochons) partagent à peu près ce que je mange moi-même : cresson, épinards, kale et jeunes pousses de kale, courgettes, pourpier, feuilles de betteraves, fenouil, brocolis…  et même des légumes dont j’ignore parfois l’existence — on est gâtés ;-)

Il est donc assez rare que je prépare des mix de légumes en avance – tout part dans le « Magic Bullet » (mon mini mixer favori) au moment de la préparation de la gamelle de viande – avec, parfois, un oeuf entier (coquille comprise) et les éventuels compléments + un peu d’eau et passe directement dans la gamelle des chiens – ça me prend 3 minutes  ;-)

magic-bullet

Sauf que, parfois, parce que j’ai été absente ou que j’ai mangé dehors, je me retrouve avec beaucoup plus qu’il ne m’en faut au quotidien  :lol: 

legumes

Je me lance donc dans la préparation de mes « pattes de légumes »  :-D

legumes2

Tant qu’à se lancer dans une préparation, on ajoute des compléments divers et variés : huile végétale, vinaigre de cidre, curcuma, spiruline, levure de bière, huile végétale,  etc. 

legumes3

Quand je fais des grosses quantités, je fais plutôt bosser maxi mixer – mon Vitamix adoré  :lol:

(hors de prix, c’était un cadeau de Nowel et de genre 3 ou 4 anniversaires mais il est génial et garanti 10 ans)  :D

vitamix

On ne critique pas mes moules, je les ai achetés sur un site dont le bénéfice est est reversé  à une association pour les vieux chiens  :lol:

moules1

On remplit tout ça bien soigneusement….

moules2

…et, quelques heures plus tard, voilà votre mélange légumes bio + compléments et huile végétales (coco ici) : facile – une « patte » pour les petits, 2 « pattes » pour les plus grands  :D

Pour la personne qui garde mes chiens quand je suis absente, c’est plus facile que si je devais lui laisser une liste kilométrique de trucs à rajouter  :-D

pattes

Petite astuce : pour les chiens qui ont de la peine à avaler des légumes, j’ajoute un peu de viande ou de lardons ou de dès de jambon dans ma mixture et plus de caprices  :-D

Happy cooking  :-D

 

C’est fait maison….

cookies

Aujourd’hui, on va parler « cookies »…. ou, en français dans le texte, friandises pour chiens (what else?)  :lol:

Quand on travaille au clicker, la friandise est une préoccupation importante : on en distribue beaucoup et on finit par se demander si ce supplément/complément sur la ration apporte, d’un point de vue diététique, quelque chose au chien (personnellement, je ne donne JAMAIS de friandises industrielles à mes chiens – elles sont blindées de colorants, additifs non identifiés ou identifiés comme épouvantables, au plus, du jambon et du fromage ou de la saucisse destinés la consommation humaine). Cela implique toutefois de couper des milliers de petits carrés <soupir>    :lol: 

La recette que je vous propose est variable à l’infini sur la base d’une protéine

  • boîte de saumon (si arêtes, je mixe le tout) / harengs / maquereaux
  • restes de viande ou de poisson cuits (si vous en mangez)
  • viande hachée crue (toutes viandes, sans oublier le foie et le coeur – que je vous conseille de hacher si vous ne voulez pas tuer votre mixer) :) 

viande

à laquelle on ajoute

  • des oeufs (toujours bio et en provenance de chez mon voisin donc ultra frais)
  • de la farine de tapioca que j’achète en magasin bio (qui rend les friandises plus « élastiques » et réduit donc les miettes au minimum) 

tapiocaComme pas trouvé de farine de tapioca ce matin chez mon producteur bio, j’ai pris de la fécule, toujours de tapioca, et tout a très bien fonctionné pareil… 

A cette mixture, on peut aussi ajouter :

  • un peu de potiron cuit
  • quelques myrtilles
  • des épinards (ou autre feuillu vert)
  • des herbes de toutes sortes (orties séchées comprises)
  • du curcuma
  • de la spiruline
  • etc. etc. etc. 

+ une cuillère à soupe ou deux d’huile végétale (j’ai mis de l’huile de noix de coco). 

Les proportions sont (environ) d’une part de protéine pour une demi part de farine de tapioca et 2 oeufs  + l’huile végétale (selon le degré d’humidité de votre protéine de base)  :)

Comme toujours, rendons à (plusieurs) Césars ce qui leur revient, j’ai trouvé l’objet magique dont il est question dans l’article au détour de mes pérégrinations de plusieurs comptes d’éducatrices (canins) d’outre-Atlantique  :-D  (qu’elles en soient donc toutes remerciées collectivement). 

TADAM  :-D   :-D   :-D

objetmagique

Commandé sur Amazon – c’est un truc en silicone qu’on utilise pour rôtir une viande au four : ses petits pics gardent la viande hors de son jus et favorisent donc la formation d’une croûte appétissante (bref, comme je ne mange plus de viande, ça ne m’intéresse que très peu).

… sauf que – retourné dans le sens contraire : on se retrouve avec un nombre tout à fait intéressant d’alvéoles (très précisément 587 !!! ) – comme de microscopiques mini-moules à friandises  ;-)

retourne

J’ai fait mes friandises en huilant la « chose » la première fois et puis sans huiler la 2ème : dans les deux cas, les mini bonbons sont sortis sans problème (bref, inutile de huiler) :)

Dans ce cas précis, j’ai utilisé du coeur et du foie que « Gentil-Boucher-que-J’aime-d’Amour » m’a donné en cadeau (comme mes congélateurs étaient blindés, il fallait en faire quelque chose), que je lui ai demandé de bien vouloir me hacher (sinon, encore une fois, c’est la mort programmée de votre mixer). 

On ajoute les ingrédients ci-dessus (au choix), on mixe soigneusement le tout (on ajoute un peu de liquide si trop épais, un peu de farine si trop liquide), la pâte finale doit être assez épaisse (je fais un peu tout au pif, jamais eu de « ratage » magistral à déplorer même si, parfois, la consistance de mes « bonbons » diffère un peu). 

mix

On tartine avec une « langue de chat » sur l’objet magique (en essayant de garder les bords entre les alvéoles assez propres, sinon ça crame) et on enfourne à environ 180 degrés jusqu’à ce que les friandises semblent sortir d’elles-mêmes de leurs alvéoles respectives (ça m’a pris environ 25 minutes). 

et hop : 6 plaques consécutives – la bagatelle de 3522 bonbons sains et goûteux, sans devoir couper quoi que ce soit :)

bonbons

et, en individuel :

solo

Pour vous donner une idée de la taille, ma friandise sur une tasse à espresso :

espresso

Bonus du jour : ça fonctionne parfaitement bien dans la « Treat&Train » (si on l’utilise pour un « en avant » ou une zone en agility, le nombre de friandises consommées reste raisonnable, si elle est utiisée pour un chien souffrant d’anxiété de séparation pendant des jours, des semaines, voir des mois – c’est plus important de donner une friandise saine à votre chien, différente de ses croquettes, appétissante et faite maison). 

treat

… et voilà l’unique tas de « miettes » résultant de la confection de mes 3522 bonbons  :-D

miettes

A votre créativité  ;-)

Testés et approuvés par mes chiensqui, cela dit, ne sont pas une référence gastronomique ultime vu qu’ils avaleraient des boulons sans sourciller  :roll:

Happy cooking  :-D

Paw wax maison

Avant tout, rendons à César ce qui lui appartient, j’ai trouvé cette recette sur le net et, comme je l’ai trouvée bien sympa et fort utile en considération de la météo actuelle, me suis procurée (non sans mal voulant des produits naturels et bio)

  • de la cire d’abeilles suisse
  • de l’huile de calendula – macérat à base d’huile de tournesol, 100% naturelle et pure
  • de l’huile d’avocat vierge – 100% naturelle et pure en provenance du Kenya
  • des gouttes de « tea tree » en HE bio
  • de l’huile de noix de coco vierge et bio
  • des petites boîtes métal pour cosmétiques
  • des jolies étiquettes façon « tableau noir »

ingredients

On fait tout fondre le tout (hormis les HE) trèèèès doucement…. (euh, pas les boîtes ni les étiquettes)

fondre

On transvase dans les petites boîtes pour cosmétiques (sans en mettre partout, opération – presque – réussie mais c’est très bon pour notre peau donc j’ai désormais les mains très douces et parfumées à la cire d’abeille)

boites

Mission accomplie  :-D

boitesremplies

et voilà le produit fini – souverain contre les méfaits du froid, de la neige et de la glace, les coussinets gercés, la neige qui colle… la forme de la boîte vous permet de, tout simplement, frotter la boîte contre les coussinets de votre chien, même en balade  :-D

voila

Vous en voulez une boîte en cadeau? Voir concours Facebook - entre temps, je vais aller tester tout ça en balade glaciale  :-D

Good luck  8-)

et, sinon, vous pourrez en acheter chez Magic Clicker à Forel  :-D