Leurrer ou non?

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

Le leurre n’est pas forcément un renforçateur, dans le sens qu’il ne favorise pas l’apparition ultérieure d’un comportement.

Votre « élève » (animal) n’a nullement besoin d’être attentif à ce qu’il est en train de faire quand il suit un « leurre » (pour nous comprendre : quand vous placez, devant sa truffe, ce bout de saucisse bien appétissante).

Il reste absolument passif et inopérant entre deux épisodes de leurre: ce qu’il fait a pu être intégré… ou pas, rien n’est moins sûr. C’est le chien dont le propriétaire dit « si je n’ai pas de friandises, il ne fait rien ». Effectivement, parce qu’il n’a rien appris finalement ;-)

Je ne diaboliserai pas le leurre pour autant… pour certains mouvements improbables, il peut aider à démarrer un mouvement mais il doit disparaître plus que rapidement (après 2 ou 3 clicks tout au plus) – sinon il devient rapidement partie intégrante du même comportement.

Ce phénomène est plus que fréquent dans toute relation enseignant-élève : c’est la maîtresse d’école (ou la maman) qui suggère / souffle la « bonne » réponse, le bon comportement à l’élève quand celle-ci tarde à venir ou semble approximative, hésitante ou incomplète. L’élève devient rapidement dépendant de cette aide extérieure et ne fait plus le moindre effort – tout comme votre chien attendra cette aide également avant de produire le moindre comportement, elle fait partie de celui-ci.

et vous voilà, tous les deux, piégés non pas par la friandise mais par une mauvaise utilisation de celle-ci :-D

Que faire me direz-vous? Si votre chien ne fait « assis » que la saucisse devant la truffe c’est, tout simplement, qu’il n’a pas appris à répondre à votre signal ou que cette saucisse est, précisément, son signal.

On reprend tout l’apprentissage et la friandise (re)devient récompense :-D