Le NRM

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

keskecékeça? ;-)

oops

En anglais, le « non-reward marker » - le « marqueur de non récompense » en français (traduction assez atroce, j’en conviens) ;-)

En gros, ce petit mot qu’utilisent énormément d’éducateurs (par éducateurs j’entends quiconque éduque un chien et non « éducateur pro ») – du style « han han », « raté » ou encore « ooops » – et qui fait savoir au chien que, ce qu’il vient de faire, n’était pas ce qu’on attend.

Il remplace(rait) le « non » qui reste justement réservé aux très grandes occasions, du style volonté de dévorer les fils électriques : c’est non aujourd’hui et ce sera toujours non ;-) (tout « non » devrait être immédiatement suivi d’un « oui » aussitôt que votre chien se redirige sur un autre comportement, comme – tout simplement – vous regarder) :-D

Ce signal de non-récompense serait donc une information – non aversive  – en relation à un quelconque comportement qui doit être répété mais autrement.

Autant vous le dire tout de suite, je ne suis pas une adepte : d’abord et avant tout, parce que nous sommes des êtres de langage et d’émotion, la deuxième étant inévitablement déversée dans le premier (hormis si vous êtes champion au poker peut-être)…. alors, au 5ème ou 6ème « han han », « tricheur » ou autre NRM de votre choix – l’irritation pointe inévitablement et elle est parfaitement perceptible pour le chien qui est très doué à ce jeu là (moi, quand je me plante en agility, je ne dis pas un mot mais mon langage corporel est – hélas – déjà suffisamment explicite pour mon chien, ce que je déplore mais ma chienne me décode mieux que n’importe quel humain :oops:  ).

Dès lors, le NRM devient bel et bien un aversif au même titre qu’une litanie de « non » de par son contenu d’émotions négatives associées à ce mot  :-|

Par ailleurs, il est évident que si je m’attelle à une quelconque tâche complexe dont la résolution va m’apporter une grande satisfaction et qu’on me dit « raté » à chaque tentative infructueuse et « bravo » à chaque réussite, je vais rapidement apprendre à exécrer le mot « raté ». Si les « raté » deviennent nombreux, voir plus nombreux que les « bravo » – ma motivation va s’éroder inévitablement et/ou ma frustration va augmenter et, peut-être, ma peur de prendre des initiatives nouvelles. Le « raté » devient inhibiteur. 

Si répété encore et encore, il entame l’historique de renforcement d’un comportement ou d’un apprentissage et ça, ce n’est jamais une bonne idée.

Notez que, si vous travaillez au clicker, ce mot devient complètement inutile : un click valide, la récompense renforce, pas de click laisse toute latitude au chien de faire autre chose – Karen Pryor nous incite également à laisser renforcement et extinction faire leur boulot et à ne pas nous compliquer, inutilement, l’existence et donc le travail avec nos chiens. Cela me semble plutôt raisonnable et justifié.

Alors pourquoi cet engouement du NRM? Probablement parce que nous sommes des êtres de langage et d’émotion, justement ;-)