Il n’aime pas les friandises

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

Il existe des phrases qui sont le pain quotidien de l’éducateur canin et elles sont légion ;-)

Un grand classique de l’éducateur canin qui travaille essentiellement avec des renforçateurs alimentaires (pour faire simple « la friandise ») c’est «mon chien ne s’intéresse pas aux friandises»   :lol:

friandise1

… ce à quoi, je réponds le plus souvent « … pas encore »  :-D

friandise2

Précisons d’emblée qu’un être vivant qui ne mange pas est en danger : dans les zoos, le fait de ne pas manger correctement est souvent le premier signal d’alerte, qui précède souvent tout autre indice ou symptôme que quelque chose ne va pas (santé, anxiété, peur, méfiance, mauvaises conditions de détention) et il est immédiatement source d’inquiétude pour le soigneur consciencieux (quoi qu’on pense des zoos et autres parcs animaliers, il existe des soigneurs consciencieux). 

friandise3

J’héberge actuellement (momentanément) un perroquet sevré façon «McDonald», son assiduité et enthousiasme aux gamelles maison de graines germées, légumes, fruits (etc. etc.) que je lui prépare amoureusement restent pour moi la meilleure information (même si ce n’est pas la seule évidemment) de son bien-être général (en effet, je ne suis pas spécialiste du perroquet même si, en quelques semaines, mes connaissances rudimentaires ont augmenté de manière exponentielle). 

gamellePerrok copie

Ne pas « être motivé » par la nourriture est un concept inexistant : dès que votre chien se lève et marche vers sa gamelle, il est « motivé par la nourriture » (dans le cas contraire, il y a un ou des problèmes à considérer urgemment).  

friandise4

Je passerai brièvement sur le fait que cette affirmation arrive souvent alors que je me trouve face à un chien en léger (ou pas si léger que ça parfois) surpoids et, par conséquence, n’a pas une énorme motivation à produire des comportements pour un petit biscuit industriel inodore et insipide et dur comme un caillou (ce que certains propriétaires achètent souvent car « ça ne salit pas les poches »)  ;-)

Un conseil? Salissez vos poches et pochettes  :-D

Un chien en surpoids est, évidemment, un chien qui mange trop en relation à son rythme d’activité – quand la gamelle de croquettes est en « libre service », on a rarement l’impression de le voir manger goulument vu que, tout au long de la journée, il picore (et, à force, finit par trop manger). Par ailleurs, il est perpétuellement en train de digérer une alimentation qui n’est pas forcément la plus digestible possible  :-(

J’entends aussi souvent des clients m’affirmer que  «le véto a dit que son poids était bien comme ça » – n’oubliez pas que, au final, vous êtes les clients de votre vétérinaire et que, à moins d’une obésité morbide, son souci est souvent de ne pas vous vexer ou vous contrarier… il est fort possible que, quand il vous dit que « tout va bien comme ça » il n’ait pas envie de s’engager dans une croisade diététique qui vous mettrait peut-être dans des dispositions peu agréables  ;-)

Je vous suggère, dès lors, quand vous demandez à votre vétérinaire ce qu’il pense du poids de votre chien de l’informer que vous appréciez son avis réel et pas une version «courtoise» ou politiquement correcte de la chose  :-D

friandise5

Chez mes clients qui nourrissent BARF (c’est-à-dire frais et cru), le pourcentage quotidien qu’ingurgitent certains chiens menant une vie relativement sédentaire excède parfois celui de chiens qui sont de vrais sportifs : une simple baisse de ce pourcentage et pas mal de difficultés rencontrées par ces propriétaires se résolvent d’elles-mêmes  :-D

Il ne s’agit en aucun cas d’affamer le chien pour qu’il collabore avec nous mais il est évident qu’après un repas festif gargantuesque précédé d’un sérieux apéritif, je serai moins réceptive à des mignardises qu’après un repas normal ou léger (même si satisfaisant d’un point de vue nutritionnel). 

Vous aurez tous entendu parler du concept de « contrafreeloading »  (un comportement observé chez plusieurs espèces où le sujet, à qui on donne le choix de se servir librement de nourriture, choisit d’obtenir la même nourriture à travers des comportements).

On peut disserter longuement sur cette constatation qui semble peu intuitive (en effet, tout organisme cherche un effort minimal pour un résultat maximal) et on pourrait l’imputer, spécifiquement chez le chien, au plaisir d’interagir avec son propriétaire qui devient un renforçateur secondaire ou tertiaire (sauf que ce phénomène existe sans l’ombre d’un conditionnement préalable) mais il est intéressant de savoir que ce phénomène diminue avec l’augmentation de la faim il ne s’applique donc pas à des animaux « affamés » au contraire  ;-)

Au delà de la qualité, l’appétibilité d’une friandise et de l’appétit du chien, il y a l’art et la manière de la distribution à considérer. 

friandise6

En effet, utilisée comme « appât » (ou leurre) pour attirer le chien vers des activités ou des soins qu’on lui inflige, elle devient le signal de l’arrivée de quelque chose d’aversif (et devient, dès lors, une mauvaise nouvelle).

The Right Way to Do Lure Reward Dog Training

J’ai vu bon nombre de chiens montrer plein de comportements de stress face à la présentation de friandises fort appétissantes pourtant… le chien a intégré que quelque chose de très désagréable est en préparation.

Si vous sortez le « bonbon » du chien AVANT de lui imposer le bain qu’il exècre ou de débuter la pédicure qu’il redoute, vous transformez votre friandise en un signal d’alarme qui informe le chien que le pire va arriver…. d’où une méfiance considérable vis-à-vis de celle-ci.

Une méfiance qui, au fil du temps, peut se généraliser à tout environnement et situation – la peur se généralise très vite. 

Un renforçateur DOIT arriver APRES le comportement: il est une conséquence et pas un antécédent… quand on travaille avec un chien craintif, c’est absolument fondamental de vérifier que le chien (le chien, pas vous !) a vu, perçu ce qui fait peur pour, ensuite, l’associer à quelque chose de plaisant, pas l’inverse. 

friandise8

J’ai vu un jeune chien se précipiter dans la voiture dès que sa propriétaire sortait un ex-jouet adoré…

En effet, elle se servait de celui-ci pour attirer son chien sur du matériel d’agility où clairement, le chien n’était pas à l’aise.  Il était devenu l’information première du chien d’un moment anxiogène et contraignant.  A l’identique, ces méthodes anciennes de parsemer la « passerelle » ou la « balançoire » de friandises (le chien avance, capté par l’odeur pour s’apercevoir ensuite qu’on l’a emmené précisément là où il ne voulait pas aller). Sensibilisation, perte de confiance, méfiance envers les renforçateurs, voir envers la personne  :cry: 

Autre piège dans lequel nous tombons parfois, c’est la « surenchère » du renforçateur. Le chien ne produit pas de comportement avec la friandise X, on sort la friandise Y qui, elle, est plus appétente et, finalement, on finit par y aller avec Z, qui est le top absolu pour ce chien spécifique…

Certes,  il est plus que légitime (et même vivement recommandé) de prendre note que votre chien n’apprécie pas énormément X et seulement moyennement Y mais ne passez pas successivement de X à Z dans une même séance et contexte : votre chien aura vite fait de comprendre que, s’il ne participe pas, le salaire augmente (et donc pourquoi participerait-il  dès le départ ?)  ;-)

friandisesClicker

Des séances clicker training mal construites, improvisées sans « plan de shaping », un rythme de renforcement inadapté (et donc des critères trop exigeants) peuvent très bien finir par dégoûter votre chien de ces moments spécifiques… tout événement se voit associé à une émotion, attention  à celle que vous construisez, séance après séance. 

Shaping Plan

Dernièrement, je me suis retrouvée devant un chien très craintif au sujet duquel la propriétaire m’a tout de suite informée « oh, les friandises ne l’intéressent pas »… on a fini notre séance d’éducation avec un chien qui boulottait allègrement mes bouts de jambon-fromage et cherchait même à voler le contenu de ma pochette  :-D

Au début de notre rencontre, je me suis assise par terre, sans le regarder et j’ai joué avec mes « bonbons » tout en parlant avec la propriétaire. Après une dizaine de minutes, le chien s’est approché lentement de moi et j’ai lancé nonchalamment un bout de fromage… à partir de là, sur plusieurs séances de 2 minutes par séance,  il s’est mis à bosser avec moi en remuant la queue (à la stupéfaction de la propriétaire qui voulait, à tous prix, avoir la « marque du fromage »). 

friandise9

Je n’ai pas de fromage magique… le chien a surtout apprécié que j’enlève toute forme de pression de notre échange et la possibilité qu’il a eue d’avoir « le choix ». Interagir ou partir (il est parti quelques fois au début d’ailleurs, au moindre bruit extérieur… mais il est revenu). 

Le choix de mon critère à cliquer était évidemment plus que modeste et donc à la portée de ce chien très peu opérant. Nous avons ensuite pu continuer à travailler alors que le chien du voisin aboyait, ce qui, en temps normal, est son déclencheur ultime.

Si on vous servait du champagne à chaque fois que votre vie va mal ou que vous recevez une mauvaise nouvelle, il n’aurait pas pour vous cette dimension festive qui fait boire du champagne à tant de gens, sans même vraiment savoir s’ils aiment vraiment ça  ;-)

friandise10

Les éducateurs compétents en clicker training sont un peu les « rockstars » de la friandise – ils savent la manier, ils savent quand et comment l’utiliser, quand la donner et ils finissent souvent avec cette réputation du « bonbon magique »  qui fait que le chien travaille avec l’éducateur plus volontiers qu’avec le propriétaire alors que nous avons précisément la même chose dans nos pochettes respectives (mais, ce qui génial c’est que tout s’apprend)  :-D

On peut également se construire un chien qui veut bien manger mais donne l’impression qu’il n’est guère disposé à produire un quelconque comportement pour obtenir son « bonbon »…

Je vois beaucoup de mes clients, munis de pochette, tomber dans une distribution «mécanique »  : le chien les harcèle un peu, la friandise sort de la pochette presque machinalement (et ils écopent de ma candide question : « tu renforces quoi là ? »).

Je n’ai vraiment rien contre la friandise occasionnelle « pour la relation » (comme je l’appelle affectueusement)… bien au contraire, je la préconise et je l’applique à mes chiens assez souvent mais elle arrive malgré tout dans un moment où nous sommes en harmonie.

Par ailleurs, je reste convaincue que l’immense majorité des propriétaires renforcent bien trop peu souvent : nous avons tendance à considérer notre « bonbon » comme une espèce de légion d’honneur majeure qui n’est distribuée qu’en cas de mérite majeur  ;-)

friandise11

Quel gaspillage d’occasions de se construire un chien focalisé, attentif, calme, engagé, etc.

Le fait de renforcer souvent et avec générosité ne doit pas occulter le besoin de considérer ce qu’on est en train de renforcer.   

Quand certains de mes clients constatent mon rythme de renforcement, ils prennent peur…. « aaah mais, il faut donner aussi souvent que ça ? ».  

Oui, quand vous êtes en plein apprentissage, oui, pour éviter de voir arriver la frustration, oui pour éviter que votre chien se désengage, oui pour construire des comportements résistants à l’environnement, oui pour construire une émotion agréable, cent fois oui… mais toute friandise est là pour renforcer un comportement spécifique, malgré tout – elle n’est jamais distribuée sans réflexion, bien au contraire. 

En agility, on voit souvent des gens « tugger » avec leur chien de manière complètement irréfléchie, alors que ce jeu a une valeur immense pour leur chien – notamment quand le coach parle ou explique (question d’occuper le chien). Souvent, le jeu n’arrive pas suite à l’exercice pratiqué (on écoute le coach parce qu’on est polis) et arrive bien plus tard, alors que le chien nous a aboyé contre ou nous saute dessus (on sort le tug)  :-|

zoukjouet

La « contingence »  (c’est à dire la « liaison » entre un événement et un autre) est fondamentale quand elle doit faire office de renforçateur. 

Si votre chien n’est pas malade, s’il n’est pas soumis à un stress intense (autre sujet) et s’il «ne s’intéresse pas à la friandise », je vous le re-dis : la réponse est « pas encore »  :-D

Happy Training ☺  

Une réflexion au sujet de « Il n’aime pas les friandises »

Laisser un commentaire