Médicaments, le dernier recours?

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

 

La médication en thérapie comportementale, le dernier recours ?

Sujet évidemment sensible tant il suscite, chez pas mal de monde, une réponse ultime, absolue et peu nuancée… alors que, en comportement, TOUT est nuance justement  ;-)

relatif

Toutefois, je comprends ces réactions épidermiques de refus sans difficulté, tant l’idée semble, au premier abord, rebutante (j’avoue que, au fil des années, j’ai révisé mon approche et opinion). 

baddogsjoke

On parle, clairement, de médicaments psychotropes, délivrés exclusivement sur ordonnance par un vétérinaire (et pas de moyens dits « naturels » tels que la caséine, la L-théanine, les phéromones, l’homéopathie, les fleurs de Bach et autres précurseurs naturels de la sérotonine plus ou moins efficaces).

Evidemment, la médicalisation au sein d’une thérapie de modification du comportement est du seul ressort du vétérinaire comportementaliste, pas celui de l’éducateur donc, a priori, pas le mien  :lol:

Sauf que – dans la réalité du quotidien – c’est à nous que s’adresse, souvent en premier lieu, le propriétaire aux prises avec ce chien qu’on ne peut même plus sortir pour aller faire pipi alors qu’on habite en appartement, ce chien qui aboie pour tout et rien mille fois par jour, qui a des phobies handicapantes, qu’on ne peut plus sortir en voiture, qui agresse les autres chiens ou les humains… bref, qui constitue un danger pour les autres et pour lui-même.

dogblanket

Nous sommes ceux qui reçoivent et écoutent longuement, ce propriétaire à bouts de nerfs, de motivation, pris entre l’affection bien réelle qu’il porte à son chien (sinon, il ne serait pas là) et son exaspération parfois extrême car complètement désemparé par ce qu’il vit depuis des semaines, voir des mois ou même, parfois, des années. Ces personnes ont, souvent, à leur actif, un long parcours de promesses de « méthodes » et protocoles prometteurs qui n’ont rien changé et le scepticisme qui en découle  :roll:

Nous sommes ceux qui aident le propriétaire à jongler entre l’inévitable deuil à faire du chien « sympa et facile » et la motivation indispensable pour aider leur sujet réactif, voir hyper réactif ou tellement craintif que passer le seuil de l’habitation requiert une stratégie hautement élaborée, sans compter les inévitables échecs qui dépriment et démotivent (le «on ne va pas y arriver » fataliste et défaitiste).

reactif

Nous sommes là pour mettre en évidence le plus petit embryon de progrès, le célébrer, ne pas laisser ce début de succès se diluer dans la marée du chemin encore à parcourir.

Ce sont d’ailleurs des cas extrêmement lourds en termes d’énergie mentale et affective pour l’éducateur également et c’est toujours du « sans garantie » (petite mention ironique, je l’admets sans complexe, à ces « collègues » qui promettent des résultats « rapides et définitifs » à prix d’or d’ailleurs, confirmant à tout professionnel digne de ce nom leur ignorance absolue en comportement). 

S’il existait une approche ultime et garantie de modification du comportement, on se demande pourquoi les prisons sont pleines, les psychiatres se trompent régulièrement dans leur évaluation de la dangerosité de certains individus, etc.  

Le comportement, reste l’étude unique d’un cas dans un environnement et aucune réponse ne saurait être universelle et infaillible  ;-)

Moi aussi j’aimerais bien une méthode magique pour perdre dix kilos en avalant force chocolat et fromage mais, quoi que l’idée me semble tout à fait attrayante et même au-delà, mon réalisme foncier me sauve d’acheter le « thé magique » vendu à prix d’or sur internet  8-)

Modifier une émotion et, donc par voie de conséquence, modifier le comportement est un chemin qui ne connaît aucun raccourci, jamais (à moins, évidemment, de ne viser QUE la disparition temporaire du comportement gênant et de se contenter d’un chien inhibé et contraint et encore, le plus souvent ça tient le temps de tourner leurs vidéos promotionnelles).

 … et c’est là que, parfois, se pose la question d’une médication  :-)

La peur est une très vilaine émotion, n’importe quelle personne anxieuse comprendra cette phrase sans que je développe ultérieurement et longuement.

SHUTDOWN

Observer un chien couché au sol dans une mare de bave et qui n’ose plus bouger me remue au moins autant que de voir un chien physiquement blessé : les deux souffrent de la même manière, les deux ont besoin d’une aide urgente et efficace.

Quand on parle de psychotropes, il faut faire la distinction entre les médicaments à prendre au quotidien (comme la fluoxétine par exemple) – la molécule doit être constamment dans le système du chien pour faire son effet : ses effets s’observent, le plus souvent, après 3 ou 4 semaines après le début du traitement.

Ensuite, il y a les médicaments que l’on donne de manière ponctuelle (comme le Xanax par exemple) qui sont donnés chez les chiens qui souffrent de phobies au sujet de certains bruits par exemple (comme l’orage).

Ils font effet rapidement mais on un effet « sédatif » clairement plus important que les premiers. Ils créent une accoutumance et il faudra souvent augmenter les doses avec le temps. Avant de grimacer, je me dois de mentionner cette chienne qui lors d’un orage, à traversé une fenêtre fermée en panique (se blessant évidemment au passage), une autre qui s’est démontée la mâchoire pour sortir de la cage où elle était enfermée  :-|

La chimie du cerveau d’un chien qui considère certains déclencheurs comme une menace mortelle est telle qu’aucun apprentissage constructif et profitable n’est possible en l’état.

Dans un monde parfait et idéal, le chien ne serait jamais exposé à ce qui le terrorise et donc pourrait se passer de médication et apprendre dans un milieu « sécurisé », en augmentant l’exposition de manière rigoureusement contrôlée.

stressed

Sauf que, dans la vie réelle, c’est rarement possible, voir jamais (car il faut sortir le chien ne serait-ce que pour ses besoins physiologiques, il faut aller chez le vétérinaire, on ne peut pas vivre en reclus sans jamais recevoir d’inconnu, on ne peut pas contrôler les tirs, les feux d’artifice et la météo, on doit prendre la voiture, etc. etc.)

Les médicaments ne résolvent strictement rien, seuls.

Ils diffèrent (plus ou moins longtemps) la réponse comportementale du chien (qui réagit donc moins vite) et son intensité (il réagit moins intensément). Ce qui aide considérablement la mise en place d’une stratégie comportementale qui reste absolument indispensable et incontournable.

clicker

Comme ces ordonnances viennent obligatoirement d’un vétérinaire (choisissez-le avec la spécialisation en comportement de préférence), il saura prendre en considération une éventuelle pathologie, notamment au niveau du foie et discuter avec vous des possibles effets secondaires et de la posologie. 

Pour conclure, je précise que cette décision n’est jamais prise par pure « convenance » ou à légère et que, chez mes clients, elle a toujours fait l’objet d’une véritable réflexion dans l’intérêt premier de leur animal, avant même le leur (il est par ailleurs difficile de dissocier les deux). 

Comme toujours, une collaboration et communication franche et efficace entre propriétaire, éducateur et vétérinaire comportementaliste, chaque acteur respectant l’autre pour ses compétences, représente la meilleure option à prendre parfois sans tarder et non pas comme celle du « dernier recours » pour, parfois (mais pas toujours hélas) pouvoir, ensuite, s’en défaire  ;-)

 

Laisser un commentaire