Clicker ou clicker training?

 

Le clicker, dans toutes mes formations locales « diplômantes », a toujours été présenté comme un « moyen auxiliaire » – d’ailleurs, au cours des mes trois (longues) années d’ATC (formation d’auxiliaire en thérapie comportementale), il était poliment classé avec toute une panoplie d’objets comme les harnais d’éducation, les disques de Fisher (!!), la muselière, etc. etc.

Bref, un ustensile et, effectivement, le clicker n’est rien d’autre qu’une petite boîte plastique contenant une languette métallique qui émet un son distinctif – un petit objet qui rappelle un jouet d’enfant, un simple marqueur auditif <== ce qu’il est d’ailleurs. Il est vendu dans les animaleries et, le commerce étant ce qu’il est, il en existe des versions à son variable, double son, etc. etc. (variations toutes aussi inutiles les unes que les autres, vive le commerce).

MagicClicker - copie

Ainsi relégué au rang d’accessoire, il n’est jamais (ou si rarement) présenté comme une approche éducative globale : on le vide ainsi de sa cohérence, de sa portée et de sa signification.

Il en va tout autrement pour le clicker training : opter pour une formation clicker training, la comprendre, l’appliquer, y revenir car le sujet est vaste, va bien au delà du fait d’apprendre quelques tours à son chien (ou son cheval, furet ou poisson rouge).

doggybag5

Il s’agit de comprendre, non pas pour les ânonner mais pour les appliquer, les lois de l’apprentissage avant tout, celles qui régissent toute forme d’apprentissage, que nous le sachions ou pas, que nous l’acceptions ou pas. Il s’agit de constater que l’approche usuelle en éducation (et non pas en éducation canine uniquement) du « tu fais juste, tu es récompensé / tu fais faux tu es puni » si chère à notre culture, produit des comportements ralentis, inquiets, des apprenants parfois anxieux (même si parfois performants au final)c’est donc se préoccuper aussi ou avant tout, de l’état émotionnel de notre élève, de considérer son bien-être, avant d’envisager le résultat et la performance mais sans la sacrifier, bien au contraire.

LellaBlog

C’est aussi comprendre que si l’émotion existe sans l’ombre d’un doute, il nous est infiniment difficile de l’identifier avec précision, que ce soit chez notre animal que chez l’humain… Considérez un instant le nombre de vexations, d’incompréhensions dans nos échanges humains parce que nous avons « cru/imaginé » que telle ou telle personne faisait ce qu’elle faisait pour une raison que nous lui avons attribué, souvent complètement à tort. Nous ne lisons pas dans l’émotionnel d’autrui, nous nous construisons des idées qui peuvent être justes… ou complètement fausses et vont nous emmener dans des chemins tortueux qui nous éloignent de l’efficacité.

Une approche clicker training se focalise — et nous re-centre — sur ce qui est visible et observable et nous ramène à une plus grande rigueur, nous éloignant de nos interprétations parfois si créatives : on en revient à constater la seule chose qui est évidente – que FAIT le chien ?

… et la question successive, si ce que fait le chien n’est pas approprié, que voudrais-je que le chien fasse ?

Il n’y a plus jamais de « je veux que mon chien arrête de me sauter dessus, tirer sur la laisse, aboyer, etc. » mais « je veux que mon chien garde ses quatre pattes au sol, je veux que mon chien marche laisse détendue, je veux que mon chien réponde au signal « silence ».

Au delà de ça, on prend conscience que tout est comportement : le chien qui agresse ses congénères, qui a peur des enfants, qui pourchasse les voitures… et le clicker training nous apprend que tout comportement peut être modifié.

Est-ce que le cognitif, le conditionnement opérant a ses limites ? Certainement avec certains sujets, certaines situations mais elles sont infiniment plus vastes que vous le soupçonnez, surtout si on intervient rapidement, avant que le comportement ne se soit vidé de son sens premier et soit instrumentalisé par l’animal. Encore mieux, quand on débute avec un jeune chien, on peut tout simplement éviter que les comportements gênants apparaissent en aidant le chiot à choisir les plus appropriés dès le départ.

Un chien éduqué au clicker training, c’est un chien qui reconnaît les « signaux » (ce que l’immense majorité des gens appelle ordres) comme autant d’excellentes occasions de recevoir des récompenses, alimentaires et autres (car tout comportement qui s’intensifie est récompensé d’une manière ou d’une autre). Ces comportements, mis sur signal, deviennent alors des feux verts sur des conséquences positives, des opportunités d’obtenir quelque chose que le chien souhaite obtenir : ils ne sont jamais porteurs de doute… vais-je être puni ? Un doute qui rend le signal (ou ordre) potentiellement porteur de menace (« si tu n’exécutes pas – punition) qui engendre lenteur, démotivation, stress, anxiété, etc.

whaleeye

Le clicker training est un puissant générateur de confiance (en soi et en celui qui enseigne), de joyeuseté au travail et de précision… car aucun autre moyen ne vous donnera la précision « chirurgicale » du clicker et surtout pas votre voix, toujours et inévitablement teintée de votre humeur du jour, que vous en soyez conscient ou pas (j’entends souvent des « bravo » ou « yes » chez certains éducateurs qui me donnent envie de me jeter par la fenêtre) 😉

Une approche clicker training donne TOUJOURS le choix au chien et tout psychologue vous confirmera que, plus nous avons le choix, plus nous nous sentons à l’aise – en effet, quelle autre définition du « mobbing » que le manque de choix, la sensation de se sentir emprisonné dans une situation à laquelle nous ne pouvons nous soustraire ?

Éduquer au clicker c’est choisir à la fois l’efficacité et la considération de l’animal que nous avons l’ambition d’éduquer, sérieusement, que demander de plus ? 😀

happyDog

0 réponses sur "Clicker ou clicker training?"

Laisser un message

©Magic Clicker. Tous droits réservés. Conception AlaiseNet
X