Le shaping

MagicClicker - copie

De toutes les composantes du clicker training, le shaping (ou façonnage) de comportement est, sans aucun doute, la plus passionnante, la plus ludique pour le chien et la plus efficace en termes de solidité de l’apprentissage: en effet, un comportement que votre animal a compris, déduit par une approche de renforcements successifs est infiniment mieux et plus solidement intégré qu’un comportement imposé ou dans lequel on aura « leurré » le chien (dont les neurones sont intégralement monopolisés par la saucisse qu’il suit sans réfléchir moindrement pour se retrouver, il ne sait pas trop comment, dans une situation à laquelle il n’a rien compris).

patte

J’ai déjà eu l’occasion de vous dire tout le mal que je pense du leurre dans un autre article: le but, n’étant pas de diaboliser cette approche mais d’être au clair avec l’attrait de la facilité qu’elle exerce sur nous (« ça va plus vite ») et donc les pièges évidents qu’elle représente (la facilité n’est pas toujours l’investissement le plus solide et même rarement).

En cours clicker, quand on fait du shaping, le « but » est toujours quelque chose de simple et le moins spectaculaire possible question de juguler, chez les humains (dont pas mal sont des compétiteurs) cette pulsion de « résultats » qui semble s’emparer de bon nombre d’humains aussitôt qu’ils sont mis en groupe (ce qu’on appelle l’esprit de compétition).

Le fait que j’insiste toujours très lourdement sur le non intérêt absolu que présente en définitive le comportement final (mettons le chien dans un carton), je surprends systématiquement un ou plusieurs apprenants en train de leurrer le chien dans le dit carton ou de balancer un ordre en douce (connu ou même pas tellement) « mets-toi là dedans et grouille-toi ».

Au revoir le shaping 😉

Les plus disciplinés par contre se placent devant le chien et attendent, avec la patience d’un moine bénédictin que le chien « ait compris » (par la grâce divine?). Pour « récompenser »,  on attend que le chien ait exécuté – clairement – un bon gros comportement digne d’une récompense, ce qui dénote bien, chez l’humain, de notre indicible réticence à donner avec largesse…. et le micro bout de knacki est donné avec la pondération d’une légion d’honneur 🙂

« Il faut le laisser réfléchir » m’affirme-t-on… mais à quoi précisément?  Pendant que le chien « réfléchit » (selon l’humain) et que, selon moi, il commence à perdre à une vitesse vertigineuse tout intérêt à une activité qui se révèle rapidement aussi peu gratifiante que sinistre et même, parfois (dans le cas d’un propriétaire très vocal et enjoué qui, soudainement, se transforme en statue de sel silencieuse pendant d’interminables minutes) – carrément anxiogène. Au point qu’on me raconte parfois que « mon chien déteste le shaping » – « mon chien a peur du shaping » – « mon chien ne fait rien ».

Telle qu’on leur présente la chose, j’avoue que je le comprends ces chiens 🙂

Une chose est certaine : si votre chien déteste le shaping, c’est que vous devez revoir votre technique – sinon, expliquez-moi comment un chien peut « détester » une interaction détendue avec un propriétaire qui lui donne environ et au bas mot dix récompenses par minute (voir beaucoup plus).

Si, au départ, vous devez cliquer et récompenser le poids du corps du chien qui change d’une patte à l’autre, une oreille qui bouge ou un clignement des yeux car votre chien reste figé à attendre votre « ordre » (et ce sont très souvent des chiens qui ont très vite compris que l’ordre est parfois une fort mauvaise affaire pour eux), faites-le : le succès appelle le succès. Vous n’y échapperez pas  : votre rythme de renforcement MINIMUM doit être de dix clicks par minute, voir plus. Si, dans votre progression votre rythme descend à moins de ce minimum syndical, c’est que votre critère est trop ambitieux, il faut revoir votre shaping plan (ou vos étapes de façonnage).

Bon nombre de chiens ont une relation très ambivalente à « l’ordre » (qui, en clicker training n’existe pas et s’appelle signal) : en effet, exécuté parfaitement il donnera lieu à une récompense, une erreur donnera lieu à une réprimande ou punition.  Dans le doute, certains peuvent opter pour la solution la plus sûre : ne rien faire si tout n’est pas parfaitement clair. Donc, tu ne dis rien, je ne fais rien.

Le shaping est avant tout un jeu… et, si vous jouez correctement, votre chien ne peut que se dire « youppiiie » aussitôt qu’une séance débute car l’échec n’existe pas 🙂

mars 2, 2015

0 réponses sur "Le shaping"

Laisser un message

©Magic Clicker. Tous droits réservés. Conception AlaiseNet
X