… puis-je « rassurer » mon chien?

peur1

Il existe en éducation canine des questions qui resteront à jamais irrésolues ou, en tous cas, éternellement débattues et dont, évidemment, la réponse ne peut se limiter à un bon gros « oui » ou un bon gros « non » (tout au plus un « oui mais » ou un « non mais »)  ☺

Une des meilleures que je connaisse étant « faut-il rassurer mon chien quand il a peur ? » dont la réponse consacrée des temps anciens aura forcé des milliers de propriétaires pourtant empathiques et compatissants à traverser des situations avec un chien de légèrement anxieux à totalement terrorisé, la mort dans l’âme, le visage clos, la bouche scellée « parce que l’éducateur a dit que j’allais renforcer la peur »…

Si on comprend bien ce qu’est un conditionnement simple (ou répondant ou pavlovien), on comprendra bien que de donner une friandise, chercher à jouer ou caresser (si le chien apprécie les caresses, ce qui n’est pas automatique non plus) n’est, en aucun cas, un « renforçateur » mais un simple stimulus – puisque nous ne cherchons pas à renforcer un quelconque comportement mais à modifier une émotion (en désensibilisation). Si on comprend ce qu’est un comportement, on peut aisément me rétorquer qu’il y a toujours comportement, sinon l’organisme est mort ☺ 

En gros, si j’ai terriblement peur de prendre l’avion – j’ai l’option de la personne qui a aussi peur que moi et qui va me dire, en bredouillant « c’est terrible, tu as raison : nous allons tous mourir » sa propre peur exacerbant la mienne, l’option de la personne qui n’a absolument pas peur et prendra mes émotions à la légère « ne sois pas ridicule, on a bien plus de risques à prendre la voiture » et se plongera dans son livre sans plus se soucier de moi et puis la personne empathique qui va me dire « que puis-je faire pour toi ? Pour t’aider à supporter ta peur ? Tu veux un verre de vin, manger un truc, que je te masse les épaules ? Qu’est-ce qui peut t’aider toi, en tant qu’individu ? ».

empathyDepuis que le monde est monde, le fait de « tenir la main » à un être de confiance (et parfois même à un parfait inconnu, faute de mieux), aide à passer un moment difficile. Je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un qui serait – aurait été – « rassuré » par l’indifférence de l’autre. Je ne connais personne qui aurait souffert de l’empathie.. qui, peut par contre, évidemment, se révéler complètement inutile et/ou mal ciblée même si blindée d’excellentes intentions (en clair : vos tentatives de « rassurer » peuvent se révéler totalement inefficaces).

Dans l’absolu, si ma peur diminue suite à mon verre de vin et mon massage des épaules, il est possible que je trouve l’issue de mon comportement agréable et que, lors d’un voyage successif, je simule une légère nervosité question de me procurer cette intervention de mon accompagnateur (considération, verre de vin, massage). Reste que…. ma peur a quand même diminué donc, en définitive, j’ai bénéficié d’une certaine forme de désensibilisation et donc trouvé une approche efficace pour gérer mes émotions et, sincèrement, c’est plus que bon à prendre (si votre chien, quand il a peur, se rapproche de vous pour soulager sa peur… où est le problème?).  Notez bien que cet heureux cas de figure n’est envisageable qu’en présence d’une légère appréhension, aucun phobique ne sera soulagé aussi facilement, hélas. 

Idéalement, vous l’aurez compris, ce que veut réellement un phobique de l’avion, c’est descendre ou éviter cet engin de terreur… donc, à mon sens, avant de nous poser la question sur le « que faire pendant la peur », la première et vraie question serait plutôt « que faire pour éviter cette peur ? ».

Si j’ai vraiment très peur de l’avion, ce qui me ferait vraiment du bien ce serait de pouvoir me rendre là où je dois me rendre, en bateau ou en voiture, plutôt que la version de l’immersion qui, outre à être très douloureuse, est difficilement réalisable (peut-être devrais-je passer 3 mois non stop en avion ?).

En réalité, je n’ai nulle peur de l’avion mais, enfant, j’avais très peur du vide. Ma mère (une grande adepte du courage chez ses enfants) m’a donc inscrit à un cours de plongeon – je devais avoir une dizaine d’années – et j’ai même fini par obtenir un brevet « or » – à savoir des mois et des mois de cours de plongeon dont je me souviens de chaque instant, alors que mes dix ans sont bien lointains.

Ma mère, m’a purement et simplement obligée à affronter ma peur en m’affirmant que, « une fois qu’on a sauté du plongeoir des 12 mètres une fois, on n’a plus peur… ». Alléchante affirmation vu que, en définitive, la peur est une émotion particulièrement désagréable à vivre.

Après ce vertigineux plongeon qui me glaçait le sang, obscurcissait ma vue et me donnait physiquement la nausée, j’ai découvert deux choses : que j’avais encore plus peur de le refaire (bonjour la sensibilisation, la 2ème fut pire que la première et a troisième encore pire et ainsi de suite…) et que j’avais perdu ma confiance aveugle en ma mère qui, croyais-je, avait toujours raison (j’ai appris, à dix ans, que tel n’était pas le cas).

La confiance est ce truc qu’on met des siècles à construire et qu’on peut perdre en quelques instants…

trustBref, peut-on « renforcer une émotion »  par notre comportement? Je ne le crois pas hormis si notre propre peur, contagieuse, fait escalader l’émotion de l’autre. On peut aider ou pas et ça, c’est le comportement de l’autre qui vous fera savoir si votre intervention est significative ou pas.

On peut doit, par contre, mettre en place une gestion attentive et intelligente de la peur

a) la prévenir (l’éviter) quand possible

b) la gérer selon l’individu (travailler en désensibilisation et contre conditionnement) et, pour ce faire – il vous faut un(e) professionnel (le)

c) aider par des médicaments en cas de grave souffrance (la peur est vraiment l’unique émotion où je considère une aide médicamenteuse indispensable tant elle est souffrance quand elle est intense)

La peur est une souffrance intense et votre chien mérite votre considération et votre aide.

sb10067578n-001

(p.s. je n’ai plus peur du vide, tout simplement parce que je ne m’expose plus à de telles situations)

mars 8, 2016

0 réponses sur "... puis-je "rassurer" mon chien?"

Laisser un message

©Magic Clicker. Tous droits réservés. Conception AlaiseNet
X