Éducation

L’éducation canine, c’est quoi ?

L’éducation canine se résume souvent au simple concept d’obéir versus ne pas obéir, le chien est obéissant ou il ne l’est pas…

…et c’est éminemment dommage.

En effet, dans la vaste palette des animaux domestiques qui, souvent, partagent nos vies et, parfois, nos maisons, seul le chien est cantonné dans cette position de subalterne soumis à des ordres auxquels il est sommé de se soumettre quoi qu’il arrive.

Ce qui fait que, dès que notre chien n’exécute pas son « couché », son « pas bouger » ou son rappel, il est accusé de mutinerie, d’insubordination et, par voie de conséquence, son propriétaire devient un « mauvais éducateur » (ça ne vous rappelle rien ? c’est à peu près ainsi que nous concevons l’éducation de l’enfant… quand un enfant de deux ans, submergé par ses émotions, se met à hurler à une caisse de grande surface, les regards accusateurs planent sur les parents « il fait des caprices, il est – donc – « mal élevé »).

En tant que novice, si un perroquet vous donne un coup de bec, si un chat vous griffe, si un cheval vous envoie un coup de pied, vos en conclurez qu’il ne fallait pas vous approcher dans l’immense majorité des cas et certainement pas qu’il n’est pas « obéissant ».

Le chien bénéficie et souffre à la fois de cette position absolument unique qu’il occupe dans le règne animal : un confident, sommé d’être loyal en toute circonstance, le meilleur ami de l’homme et de sa progéniture par défaut, souvent à notre service (chien d’assistance, chien de travail). Il est également mis en scène dans les dessins animés et les films de manière magnifiquement humanisée.

Alors quand le vôtre n’en fait qu’à sa tête, ne revient pas au rappel, semble perdre la raison quand il voit un congénère, a peur de tout, court après les passants et mille autres comportements peu opportuns dans notre société, le propriétaire novice est souvent tiraillé entre irritation et une vive déception : pourquoi il est comme ça le mien ?

Parce qu’on choisit parfois de se débrouiller tout seul, parce que les groupes d’éducation canine ont fait leur apparition sur les réseaux sociaux, débute la cacophonie d’avis contradictoires, d’essais éducatifs improductifs et souvent frustrants, qui finissent de perturber la relation entre le chien et son propriétaire.

L’apprentissage par le Clicker Training

Mon site est consacré à l’apprentissage au clicker training mais le concept ne réside pas dans ce simple « marqueur » mais sur la connaissance de la psychologie comportementale et de l’espèce

….en effet, sans connaître une espèce, il est tout à fait impossible de détecter ses comportements de bien-être ou de mal-être et donc impossible de travailler à construire des associations plaisantes à l’apprentissage, ce qui est absolument fondamental.

Préféreriez-vous apprendre par le biais de félicitations, d’encouragements et à travers des buts rendus accessibles et simples, surfant d’un succès à un autre ou être confronté de manière répétée à l’échec et, ensuite, à la peur de l’échec suivi de punitions, en finissant par redouter votre coach et l’apprentissage en général ?

Apprendre des choses à votre chien c’est, avant tout, lui apprendre à apprendre, lui donner, parfois à vie, une opinion de l’apprentissage et de ses interactions avec vous : est-ce que apprendre est plaisant, agréable, motivant ou est-ce redoutable ?

Je crois que la réponse est évidente.

Le clicker training est une approche globale, simple mais pas simpliste, qui vise à donner des compétences à votre chien tout en respectant ses émotions et son évolution dans l’apprentissage.

Il vous focalise sur ce que nous souhaitons voir apparaître, avant de nous focaliser sur ce que nous souhaitons voir disparaître.

Un chien ne peut pas, à la fois, avoir les quatre pattes au sol et être en train de vous sauter dessus : quand le comportement « 4 pattes au sol » sera solidement fixé, il exclura le comportement « je te saute dessus ».

Non, il n’est pas nécessaire « d’être le chef », d’élever la voix, de contraindre, de pousser, de forcer, d’intimider. Oui, il est possible d’avoir un chien compétent, qui connaît des signaux à la perfection (et non des ordres) et sait comment y répondre de manière efficace, sans le transformer en automate sans réflexion.

Ceux qui vous diront le contraire, manquent tout simplement de compétences et, quand on peu de compétences, on doit recourir à l’intimidation. On peut « faire » parce qu’on est heureux de faire et « faire » parce qu’on redoute les conséquences – le comportement sera le même, l’émotion sera totalement différente.

« Là où s’arrête le savoir, débute la violence ».

Choisissez avec soin votre éducateur canin, n’acceptez pas, pour votre chien, ce que vous n’accepteriez jamais dans toute autre relation.

©Magic Clicker. Tous droits réservés. Conception AlaiseNet
X